Ahmed Chaftar compare les partis politiques à Daech !

0
504
Ahmed Chaftar

Ahmed Chaftar 

Ahmed Shaftar, membre de la campagne d’interprétation du chef de l’État, a déclaré que Nadia Okasha, l’ancienne directrice de cabinet du président de la République, ne comprend pas la politique. « Avec tout le respect que je lui dois, Nadia Okacha n’est qu’une des femmes tunisiennes… Je la considère comme une simple fonctionnaire. Il n’est pas approprié d’avoir des désaccords sur les choix stratégiques du pays », a-t-il ajouté.

A l’invitation d’Ellis Gharbi le 27 avril 2022 via Radio Mosaïque FM, Ahmed Shaftar a estimé que Nadia Okasha n’avait aucun poids politique et que ses posts Facebook faisant référence à l’actuel ministre de l’Intérieur Tawfiq Sharafeddine étaient douteux.

Peut-être que le chef de l’Etat s’est trompé en nommant son directeur de cabinet. Son décès est la fin de cette erreur… On ne cache rien aux gens… Il n’y a plus de boîte noire. Il existait lorsque la mafia gouvernait le pays. Il a poursuivi : A l’heure actuelle, toutes les décisions visent à servir les intérêts des groupes sociaux et des régions victimes d’une mauvaise gouvernance.

Il a estimé que le gouvernement actuel mène une guerre pour l’indépendance nationale selon une nouvelle approche et une nouvelle façon de voir les choses. Cependant, ils seront tenus responsables de leurs actes, selon lui, en cas d’échec et de non-satisfaction des revendications des citoyens. Il a estimé que les ministres et les membres de la campagne explicative ne sont pas obligés de répondre aux déclarations et publications du même genre que Nadia Okasha.

Se référant au Mouvement populaire, Ahmed Shaftar a estimé que le processus de gouvernance permettait aux patriotes de choisir leurs représentants, tandis que les partis politiques cherchaient à placer les citoyens sous leur tutelle. Il a expliqué que le vote individuel permettait la formation d’un parlement représentant toutes les délégations. Il a expliqué que la loi empêcherait les partis politiques de participer aux élections de cette manière. Ahmad al-Shafter les a comparés à l’Etat islamique et pensait que les partis politiques finiraient par disparaître.

Nous organiserons des fêtes dans toutes les délégations. Il a ajouté que ce sont des vacances rhétoriques, et nous tiendrons des séances publiques parmi les citoyens pour élaborer des plans de développement local pour chaque région.

 

Ahmed Shaftar a également attaqué Thamer Badida. Il affirmait que ce dernier n’était qu’un enfant et qu’il ouvrait la création d’un projet douteux. Il a estimé que Thamer Badida n’était pas en mesure de gérer et de participer à la discussion.