Ben Messaoud : Saïed a un projet en tête et il fait tout pour l’exécuter

0
931
Ben Messaoud

Ben Messaoud 

L’avocat et professeur de droit Kamal bin Masoud est revenu, lundi 30 mai 2022, sur les récents développements sur la scène politique. La formation d’un comité consultatif pour la nouvelle république par le président de la République, Kais Saied, dans le cadre de son projet en juillet.

Invité de Myriam Belkadhi sur Matinale de Shems FM, il a affirmé que le chef de l’Etat – enseignant de droit constitutionnel, à la base – avait porté atteinte aux valeurs de l’université – liberté académique et impartialité, notamment – en nommant par décret les doyens facultés de droit à titre de membres de son comité consultatif. Les doyens étaient élus pour une mission bien définie. « Le président de la république aurait dû les consulter en tant que professeurs », a-t-il déclaré.

Le 20 mai, Kais Saied a officialisé la formation d’un comité consultatif pour la nouvelle république. Ce comité est composé d’une commission consultative des affaires économiques et sociales composée de représentants de l’Union générale tunisienne des affaires publiques, Utica, de la Confédération tunisienne du travail, de la Fédération nationale tunisienne de tennis et de la Défense tunisienne des droits de l’homme, qui est un organe consultatif. Une instance des affaires juridiques composée des doyens des facultés de droit, des sciences politiques et juridiques et présidée par le doyen d’âge, et la commission nationale de concertation composée des membres des deux instances précédentes et présidée par le responsable coordinateur de la Commission nationale de concertation . Général de brigade Sadiq Belaid.

La mission de la commission est de présenter – à la demande du président de la République – un projet de constitution pour une nouvelle république conformément aux principes et objectifs de l’article 22 du décret 117 et aux résultats de la consultation nationale, à lui seul initiative. de Carthagène.

Revenant sur la démarche du président de la République depuis le 25 juillet, Kamal Ben Massoud a indiqué que tout le processus était hors constitution, y compris le 25 juillet « tout ce qui est politiquement nécessaire ». « Il (Kais Saied, Nielder) s’est présenté à la présidence sur la base de la constitution de 2014. Il était donc convaincu que (…) la constitution pouvait être révisée. Il a ajouté que la loi de 2014 donne au président de la république la possibilité pour proposer des initiatives, mais il a fallu former une Cour constitutionnelle avant. »