Conseil de presse: ‘Khalifa Guesmi a le droit de protéger ses sources’

0
338
Conseil de presse

Le Conseil de la presse a affirmé, mercredi, que le journaliste Khalifa Al Qasimi a pleinement le droit de protéger ses sources d’information, d’autant plus que les procédures légales prévues au chapitre 11 du décret n° 115 de 2011 relatif à la liberté de la presse, de l’impression et de l’édition . , pas respecté.

L’article 11 du décret 115 stipule que « Les sources d’un journaliste dans l’exercice de ses fonctions sont protégées, ainsi que les sources de toute personne qui contribue à la préparation du matériel de presse, et la confidentialité de ces sources ne peut être compromise, directement ou indirectement, sauf pour un motif impérieux lié à la sécurité de l’État ou à la défense nationale et soumis au contrôle de l’autorité.

Est considérée comme une violation du secret des sources, toute enquête, tout travail de recherche et d’investigation, et toute audition de correspondance ou communication faite par une autorité publique contre le journaliste ou la découverte de ses sources ou contre toute personne avec laquelle il a un lien privé. relation amoureuse.

Un journaliste ne peut être soumis à aucune pression d’aucune autorité et aucun journaliste ni aucune personne impliquée dans la réalisation de matériel de presse ne peut être tenu de divulguer les sources de ses informations, sauf avec l’autorisation d’un juge judiciaire compétent et à condition que ces informations concerne des crimes qui constituent un grave danger pour l’intégrité physique, que la divulgation est nécessaire pour empêcher la commission de tels crimes et qu’il s’agit du type d’information qui ne peut être obtenue par personne d’autre. Vous connaissez ».

Le conseil a souligné, dans un communiqué de presse, que les autorités officielles et les agences de l’État doivent respecter les droits des journalistes stipulés dans le droit et les chartes internationaux et internationaux, ajoutant que toute violation de ces droits et principes est une atteinte aux fondements de la démocratie.

Il rappelle également les règles de déontologie qui régissent la profession de journaliste et toutes les conditions sur la base desquelles la source doit être divulguée ou cachée afin qu’elle ne devienne pas un moyen de manipulation du public.