Ghannouchi : nous ne voulons le départ ni de Saied ni de Mechichi

0
1153
Rached Ghannouchi
Rached Ghannouchi

Ghannouchi : nous ne voulons le départ ni de Saied ni de Mechichi

Rached Ghannouchi, le chef de mouvement Ennahdha, a déclaré lors de son intervention, dans l’avenue Habib Bourguiba, que la démocratie est l’avenir et non pas les mouvements de protestation ou le populisme.

Il a annoncé que de préférence le président de la république tunisienne et le chef du gouvernement restent à leur place sans leur intervention, puisque il n’y a pas de communication entre eux et pas de solution.

 

Rached Ghannouchi : le chef du mouvement Ennahdha

Le pire aujourd’hui est qu’il y a un véritable problème d’alternance au pouvoir. Même le discours porté par les nahdhaouis, s’autoproclamant protecteurs de la démocratie naissante, ne tient plus.

Après dix ans avec le même parti au pouvoir, après dix ans avec le même président à la tête de ce parti et ses manœuvres reportant incessamment leur congrès prévu pour 2020, le problème s’amplifie. Encore plus si sa présidence de l’ARP se prolonge jusqu’à la fin de ce quinquennat.

 

Rached Ghannouchi

D’aucuns qui s’attaquent aujourd’hui à la Ennahdha et Ghannouchi ont voté par le passé pour elle pour ses pantins CPR Marzouki et Benjaafer voire même l’ont farouchement défendus. Aujourd’hui ils n’affichent aucun scrupule à l’attaquer et à courir participer au carnaval grégaire derrière Kais Saied ou derrière Abir Moussi.

Se retourner contre l’Ennahdha pendant ses pires moments de faiblesse, on trouve ça d’une lâcheté et d’un opportunisme dégueulasse. Les gens de cette trempe sont la réaction organique, la véritable et la plus redoutable, car comme les hyènes et les vautours elle ne s’abat que sur de la charogne.