Instalingo – Mandats de dépôt contre Daâdaâ, Yousfi et Hidouri

0
587
Instalingo

La chambre d’accusation de la cour d’appel de Sousse a annulé la décision du juge d’instruction dans l’affaire Instalingo de libérer le leader d’Ennahda Adel Da’aa, l’activiste politique Bachir Yousfi et le rédacteur en chef Lotfi Haidori.

Selon le porte-parole de la cour d’appel de Sousse, Hadi Khasib, citant l’agence TAP, la chambre d’accusation a décidé de rendre des ordonnances de renvoi contre les trois prévenus et de renvoyer l’affaire au juge d’instruction pour complément d’instruction.

Le procureur de la République adjoint près le tribunal de première instance de Sousse 2, Rushdi Ben Ramadan, a révélé dans une déclaration qu’il a faite à l’agence de presse tunisienne Africa le 21 juin 2022, que le procureur de la République a ouvert une enquête avec 28 suspects impliqués dans l’affaire connexe . Entreprise d’installation. Selon le même communiqué, Rushdi bin Ramadan a indiqué que ces individus sont accusés de blanchiment d’argent, d’abus de pouvoir et d’avantages accordés à un employé de l’État, d’incitation à s’armer les uns contre les autres et d’attaque visant à changer la forme de gouvernement ou à provoquer le chaos. Tueries et pillages sur le sol tunisien et atteinte à la sécurité nationale extérieure.

En septembre 2021, le Procureur de la République a ouvert une enquête visant cette société, basée dans la grande Citadelle et spécialisée dans la création de contenus et la communication numérique, pour une attaque visant à changer la forme de gouvernement, et incitant les gens à s’armer les uns contre les autres, à provoquer le chaos. et meurtres et pillages sur le sol tunisien conformément aux articles 67, 68 et 72 du Code pénal.

Lotfi Al-Haidori, un ancien policier, Adel Dada’a, l’ancien attaché à la présidence du gouvernement, Ashraf Barbush et le blogueur Salim Al-Jabali, ont été placés en garde à vue, plusieurs mois après l’ouverture de l’enquête, c’est-à-dire Juin 2021. Le 1er mars 2022, le juge d’instruction a transmis le dossier à la Cellule judiciaire antiterroriste pour suspicion de crime à caractère terroriste et blanchiment d’argent.