Interview de Saif Eddine Amri – Reporter de Sky News en Ukraine

0
280
Interview de Saif Eddine

Interview de Saif Eddine

Le journaliste tunisien et correspondant de Sky News en Ukraine lors de l’invasion russe, Seif Eddine Amri, a accordé une interview à Business News le 18 mars 2022 pour nous faire vivre cette expérience unique.

Pouvez-vous nous parler de votre départ en Ukraine ?

Tout a commencé le lundi 28 février 2022. Je suivais l’actualité alors que j’étais en Tunisie en tant que correspondant de Sky News dans ce pays. J’ai reçu un mail me demandant de prendre un avion pour Paris puis Bucarest afin de me rendre à la frontière roumano-ukrainienne. Être Correspondant Spécial pour Sky News, c’est passer d’un voyage en voiture et écouter Fairouz de 22° à -9° aux tonalités Blue Danube de Chostakovitch.

Arrivé à Bucarest, j’ai échangé avec un agent des services frontaliers à l’aéroport. Il pensait que j’étais allé en Roumanie pour suivre l’évacuation des Tunisiens en Ukraine. J’ai répondu : Non ! Je suis envoyé spécial et j’ai l’intention d’aller à la frontière roumano-ukrainienne. Il a trouvé ça étrange. Il a répondu : Les gens fuient la guerre et vous envisagez d’y aller.

La première voie directe depuis Bucarest a été aménagée après une note faite par le chauffeur de taxi qui m’a emmené à l’aéroport. La présence exagérée de voitures immatriculées en Ukraine sur le territoire roumain n’a pas été comprise. C’est ainsi que j’ai réalisé l’existence des réfugiés et l’existence de la guerre.

Après 24 heures passées à Bucarest, je suis allé à Tulcea. Les rapports de guerre ne sont pas une promenade. Ce ne sont pas des activités touristiques. C’est un travail difficile. Quand Eli (le photographe) et moi sommes arrivés à Tulsa à 21 heures, nous avons signalé à notre bureau de nouvelles. Je pensais qu’on nous demanderait de nous reposer après un si long voyage. A ma grande surprise, on m’a demandé de me rendre directement au poste frontière.

La température était de -4 degrés à la frontière. J’ai fait ma première apparition à l’antenne et j’ai été l’un des premiers reporters là-bas. A -4 ans, portant des baskets mal ajustées, et ne sentant rien dans la moitié de mon corps, je devais me concentrer et présenter toutes les informations recueillies en quatre minutes. Bien que froid et -4 degrés, je me sentais dans une zone beaucoup plus chaude que l’enfer lui-même.

Qu’avez-vous remarqué dans le comportement des réfugiés et des personnes essayant de quitter l’Ukraine ?

Il n’est pas facile de changer de comportement, de style de vie, d’alimentation ou de routine en moins de 24 heures. C’est un choc ! Contrairement aux Réfugiés, je note qu’il s’agissait d’une guerre classique, pas d’une guérilla. Il n’y a pas eu de bombardements intenses par une grande puissance contre un petit pays. C’était un conflit entre deux grandes armées : la Russie d’une part et l’Ukraine, qui a reçu des armes et un entraînement militaire de presque tous les pays de l’OTAN.

Il y a toute une histoire qui s’est créée autour du ferry entre la Roumanie et l’Ukraine. Ce fut une courte traversée d’une centaine de mètres. Les individus pénétrant sur le territoire romain se posaient à chaque pas de nouvelles questions. Ils ne connaissaient pas le nom du poste frontière, ni le nom de la ville, ni la langue de la personne qui se tenait devant. Une petite rivière les sépare, mais les langues sont complètement différentes. Ils ont parcouru au moins dix à quinze kilomètres à pied. Il y avait même des enfants qui s’étaient croisés avec leur mère.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous êtes entré sur le territoire ukrainien ?

C’est ce que signifie être journaliste. Il y a de la passion et de l’amour en plus d’autres choses. On a dit qu’avoir un journaliste tunisien dans une zone de conflit était une bonne chose. J’étais aussi le seul Tunisien présent sur la scène. Je peux en être fier. Cependant, il n’y a pas de fierté dans la guerre. c’est la guerre ! Nous n’aimons pas la guerre ! Personnellement, je défends la paix et je suis contre la guerre. Je n’aime pas voir un enfant de deux ou trois ans avoir des engelures à la mâchoire. Cela a fait couler mes larmes.

Être en Ukraine pendant la guerre est l’une des expériences les plus difficiles qu’elle ait vécues. Vous commencez à prendre des photos et à enregistrer des vidéos, au fur et à mesure qu’ils réagissent. Cependant, cet acte seul peut mettre votre vie en danger. Cela donne des indications sur les emplacements des forces armées, des équipements russes ou ukrainiens. Nous pouvons dire qu’il est de notre devoir de transmettre ces informations. Ainsi, nous pourrions être la cible d’un missile à part entière.

Nous pouvons affronter un soldat. Ce dernier nous dira qu’il entend agir selon les directives et les règles du temps de guerre. L’utilisation de la caméra dans la zone de conflit est soumise à des normes.