Les partis qui boycottent les élections du 17 décembre 2022

0
115
Les partis qui boycottent

Les partis qui boycottent

Le syndrome du mur vide dont nous avons été témoins lors de la campagne référendaire de cette année se répétera-t-il? Les Tunisiens, avant le 25 juillet 2022, date du référendum, se sont retrouvés face à une campagne électorale sans participants car les emplacements pour les affiches électorales, préparés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), sont restés vides.

Le président de la République, Kais Saied, devrait publier sa nouvelle loi électorale avant la date du 17 septembre, afin que l’ISIE, qu’il s’est fait appeler, puisse se préparer au prochain rendez-vous électoral. Ce calendrier avait été préalablement convenu dans le cadre du calendrier de « correction de la trajectoire » auquel il s’est tenu et a commencé à mettre en œuvre par consultation et référendum. Les chiffres liés à ces derniers prouvent leur échec même si Kais Saied, considéré comme populaire, a été élu à la présidence avec environ 3 millions de voix.

Dans le cadre de sa politique d’accaparement de l’opinion et du pouvoir, le président de la République s’apprête à publier un nouveau texte « historique » qui ne diffère pas dans son idée générale et son contenu de la « Constitution historique ». La loi électorale est un texte élaboré unilatéralement à Carthage après consultation officielle de la délégation qui l’accompagne. Il reprendra le même esprit d’exclusion du processus entamé le 25 juillet et perpétuera le projet politique personnel du président : gouverner selon les règles.

Kais Saied ne représente plus ce nombre mystérieux dont le comportement est difficile à prévoir car il a choisi un schéma récurrent tout au long de l’année écoulée. Cela a rendu ses prochaines options attendues claires. La loi sur les élections générales concerne le mode de scrutin des membres des deux chambres : la Chambre des représentants du peuple et le Conseil national des provinces et provinces. Cela doit se faire par scrutin individuel dans les plus petites circonscriptions électorales.

Les principaux acteurs politiques, faisant partie du précédent Conseil législatif qui a fini par geler puis dissoudre le Parlement, ont déclaré leur boycott du « processus illégal » et affirmé qu’ils ne participeraient pas aux élections du 17 décembre, car c’est le contraire qui est vrai. Cela signifiera « la normalisation avec la violation de la loi et de la constitution, le coup d’État contre les institutions élues et la reconnaissance de la légitimité du processus initié par le président ».

Le Mouvement de la Renaissance islamique, par le biais d’un communiqué de presse officiel, n’a pas annoncé sa position sur les élections. Cependant, le parti islamiste est membre du Front de salut national et devrait, en théorie, se conformer aux décisions de ce dernier. Le Front de salut national a annoncé son refus, et toutes ses composantes dont la mouvance islamiste – qui a remporté la majorité parlementaire aux élections de 2019 avec 52 sièges au début du Conseil législatif – ont refusé de participer aux prochaines élections. Qalb Tounes et la Coalition Dignité, qui font également partie du même front et alliés clés d’Ennahda, ont été touchés par cette décision.

Le groupe « Citoyens contre le putsch », qui avait précédemment annoncé sa transformation en organe politique entendant participer aux élections, a annoncé un boycott des élections législatives de décembre 2022, conformément à la position de salut national. Le front, qui rassemble aujourd’hui la plupart des composantes de l’opposition.

De son côté, la cheffe du parti « Constitution libre », Abeer Moussa, a annoncé le désintérêt du parti pour les élections législatives et sa non-participation au « Conseil du Califat Shura ». Il considère que préparer une loi électorale détaillée et permettre à Qais Saeed de fixer les règles du jeu quelques semaines avant les élections est un « crime contre l’Etat ».

Alors qu’Al-Atyar, l’Ettakatol et le Parti républicain attendent des réunions internes pour se prononcer sur la question, la tendance générale est quasi certaine, selon nos sources, les partis démocrates annonçant leur refus de participer aux prochaines élections. Ne reconnaissant pas l’intégralité du processus du 25 juillet puisqu’ils avaient auparavant boycotté les consultations auxquelles seulement 500 000 Tunisiens avaient participé. Ils ont également boycotté le référendum, qui a vu le boycott de 70% des Tunisiens, auquel près de trois millions de citoyens ont participé sur un total de 9 millions inscrits sur les listes électorales.

De son côté, le secrétaire général du Parti communiste tunisien, Hamma Hammami, a confirmé le boycott par son parti des prochaines élections législatives, qui, selon lui, ne seront qu' »un nouvel épisode de la série ‘coup d’Etat’ écrite par le président Kais Saied . »