Mbarki : les membres du CSM provisoire feraient mieux de démissionner !

0
93
Mbarki

La responsable du Syndicat des juges administratifs, Rebekah Mbarki, a confirmé sur Atesia TV que le président de la République n’avait pas répondu à la demande de négociation de la décision de révocation des juges.

« Premièrement, je tiens à souligner que la suspension des travaux dans les tribunaux intervient après la décision sur le licenciement abusif des 57 juges. Face à la gravité de cette décision, nous ne sommes plus en mesure de fonctionner correctement et il n’y a pas réaction à la hauteur de la gravité de cette décision. Cette action constitue une violation de l’équité du procès et une atteinte aux pouvoirs du Conseil Supérieur Provisoire de la Magistrature. Cependant, ce conseil n’a pas réagi à cette décision arbitraire et il vaut mieux pour ses membres à démissionner », confirme le juge.

Revenant sur la confrontation avec le ministère de la justice, Rebekah Mbarki assure que le droit de grève est un droit constitutionnel que le ministère souhaite abolir. Elle ajoute que les juges ont demandé à rencontrer le président de la République, mais elle n’a pas obtenu de réponse. « Le pouvoir exécutif a la responsabilité de suspendre le travail des tribunaux. Les juges refusent de travailler sous la pression du renvoi et menacent le droit à un procès équitable ».