Mohamed Ali Aroui placé en garde à vue

0
391
Mohamed Ali Aroui

Mohamed Ali Aroui

Le parquet a autorisé les officiers de police judiciaire à arrêter l’ancien porte-parole du ministère de l’Intérieur, Muhammad Ali Arawi.

Cette décision a été prise dans le cadre des investigations sur l’affaire dite « Affaire Instalingo ».

Lotfi El Haidori, journaliste dans une institution, un ancien policier, le leader d’Ennahda, Adel Daa’a, un ancien attaché à la présidence du gouvernement, Ashraf Barbush et le blogueur Salim Jebali, ont tous été placés en garde à vue dans le cadre de la même affaire. .

Le 13 septembre 2021, le parquet a décidé d’ouvrir une enquête contre les suspects de l' »affaire Instalingo », située dans le grand château et spécialisée dans la création de contenus et la communication numérique.

Les suspects étaient accusés d’avoir tenté de changer la forme de gouvernement, d’inciter les gens à s’armer les uns contre les autres et d’avoir semé le chaos, tué et pillé sur le sol tunisien, conformément aux articles 67, 68 et 72 du Code pénal.

Le 21 septembre 2021, le ministère public a fait appel de la décision du juge d’instruction chargé de l’affaire Instalingo lors d’une audition libre des suspects.

Le 5 octobre 2021, la chambre d’accusation de la cour d’appel de Sousse a émis des notes de renvoi contre quatre suspects impliqués dans l’affaire.

Ces ordres ont été délivrés au directeur, au producteur, au directeur des ressources humaines et au rédacteur en chef de la société.

Six des prévenus avaient été placés en détention provisoire sur ordre du parquet, puis le juge d’instruction les a entendus et libérés. Trois autres suspects ont été placés à l’étranger sur une liste de personnes recherchées.

Le 1er mars 2022, le juge d’instruction a transmis le dossier au Centre judiciaire de lutte contre le terrorisme pour suspicion d’infraction à caractère terroriste et blanchiment d’argent.