Pénuries, ce que le gouvernement ne veut pas avouer

0
173
Pénuries

Pénuries

La situation est grave mais nous agissons comme si tout allait bien. Alors que l’inflation est à son comble et que la vérité est décalée et que les faits se réduisent. Mais, comme le dit le proverbe tunisien : « On ne peut pas cacher le soleil avec un tamis ». Et la pénurie de divers produits et denrées alimentaires est une preuve sans équivoque de la situation réelle du pays. résultat.

Depuis 2021, le pays vit au rythme de fréquentes pénuries affectant divers produits et denrées alimentaires. Chose qui ne s’est jamais produite ces dernières années, malgré toutes les crises que traverse le pays. Aujourd’hui, les ruptures d’approvisionnement et les pénuries sont devenues le pain quotidien des Tunisiens. La crise a touché le secteur industriel, qui est à l’arrêt. Par exemple, la branche SFBT Soft Drinks a été fermée en raison d’un manque de sucre. Il en va de même pour Saida Biscuits Factory. Ainsi de nombreux salariés se sont retrouvés en situation de chômage technique. Aussi, manque de café, de sucre, d’eau minérale, etc. Les cafés et salons de thé sont perturbés. L’interruption de l’approvisionnement en carburant, qui a duré plusieurs semaines, a entraîné des pertes de temps et des pertes financières.

Beaucoup pensent à tort que le gouvernement s’est trompé dans le libellé de la loi de finances 2022, en partant du principe que le prix moyen du baril de Brent ne dépasserait pas 75 dollars le baril. Mais en réalité, les hypothèses de taux de change ont pris tout le monde par surprise, et l’égale parité de l’euro et du dollar change la donne. Autre fait important, les prix élevés des matières premières, notamment alimentaires, ont déstabilisé les pays les plus puissants. Ainsi, l’inflation enregistrée dans le monde entier. La Tunisie, comme tous les autres pays, souffre de ces augmentations qui sont très loin de ses attentes et ne sont donc pas suivies dans le budget.

En effet, les prix de la majorité des produits de consommation ont plus que doublé au cours de ces cinq années, et depuis le début de 2021, les hausses de prix sont à deux chiffres, atteignant parfois 20 et 25 %.

Dans le même temps, avant même la guerre en Ukraine, le bouclage du budget semblait déjà difficile, le gouvernement n’ayant pas réussi à trouver un accord avec le Fonds monétaire international, pour profiter des prêts et des aides internationales. Maintenant, la situation financière de l’État est certainement pire. Il est reconnu que les prêts et l’aide alimentaire reçus de certaines institutions financières et de certains pays amis ont quelque peu atténué le déficit. Mais depuis août 2022, les choses se compliquent et les Tunisiens découvrent avec étonnement le véritable état du pays malgré divers démentis des autorités. Café, beurre, jus, boissons gazeuses, eau minérale, sucre, riz, carburant… Les problèmes d’approvisionnement touchent désormais divers produits, seuls ceux importés par l’Etat (le reste des produits, même si les prix augmentent sensiblement, restent disponibles), et le gouvernement ne peut plus le cacher mais Continuer à cacher la situation financière du pays.

La veille, dimanche 29 août 2022, la ministre de l’Industrie, de l’Énergie et des Mines, Neila Noera Gunji, a confirmé que la pénurie de carburant est due au fait que les fournisseurs veulent payer à l’avance, mais les procédures prennent beaucoup de temps. . C’est devenu un phénomène mondial. En plus de réclamer des problèmes logistiques liés à Ticad 8.

La vérité est que la Tunisie n’est plus en mesure de remplir ses obligations en raison des retards de paiement de ses fournisseurs tunisiens et étrangers. Désormais, les fournisseurs exigent le paiement avant la livraison des marchandises pour assurer le paiement. En fait, de nombreuses entreprises et institutions publiques ont un monopole d’importation à l’horizon. C’est le cas de Stir, qui a le monopole de l’importation des carburants, de l’Office tunisien du commerce (OCT), qui a le monopole de l’importation des produits de base (sucre, café, thé,…), de la National Oil Office, qui a le monopole de l’importation du pétrole, l’Office des céréales, qui a le monopole de l’importation des céréales, La pharmacie centrale, qui a le monopole de l’importation des médicaments,…. Désormais, leurs fournisseurs exigent que toutes les livraisons soient faites au comptant.