mardi, novembre 30, 2021

Pour échapper aux poursuites, les dirigeants tunisiens des Frères musulmans fuient en Libye

Des sources libyennes bien informées ont révélé qu’un certain nombre de dirigeants des Frères musulmans, le mouvement Ennahda, s’étaient récemment infiltrés en Libye depuis la Tunisie pour échapper aux poursuites.

Les sources ont déclaré à Sky News Arabia que 5 familles de la confrérie ont quitté la Tunisie pour la Libye avec l’aide des dirigeants du mouvement Ennahda via le poste frontière de Ras Jedir entre les deux pays.

Les sources ont indiqué que les familles des Frères tunisiens résident actuellement dans la ville d’Al-Zawiya, au nord-ouest de la Libye, sous le patronage direct du chef des Frères libyens, Khaled Al-Mashri, chef du Conseil suprême d’État en Libye.

Les régions de l’intérieur libyen, proches de la frontière avec la Tunisie, sont toujours sous le contrôle des Frères musulmans, notamment la brigade Salah al-Din à al-Zawiya, qui est contrôlée par al-Mashri.

L’analyste politique tunisien Nizar Jeldi a déclaré à Sky News Arabia que les familles des Frères musulmans avaient fui la Tunisie vers la Libye après les mesures exceptionnelles prises par le président tunisien Kais Saied le 25 juillet et ses promesses d’ouvrir des dossiers de corruption et de poursuivre les corrompus.

Al-Jelidi a souligné que « les personnes fuyant la Tunisie sont des leaders influents au sein des Frères tunisiens, qui contrôlent les opérations de financement et d’investissement, et elles sont inconnues des milieux politiques ou médiatiques, y compris la famille d’Ahmed Al-Marri, le leader des Frères musulmans. . Il a été impliqué dans les événements du 7 mars à Ben Guerdane.

Les démissions du Parti Ennahda indiquent la formation d’un nouveau parti

Il a expliqué que « l’homme caché du mouvement Ennahda, Abdullah Triki, représente l’aile économique du mouvement, et réside dans la ville de Jeries à la frontière avec la Libye ».

Dans le même contexte, les sources ont indiqué que la frontière a été le théâtre de plusieurs tentatives de fuite du pays par des membres des Frères musulmans impliqués dans des affaires de corruption avec leurs familles, ainsi que l’infiltration de certains éléments de l’Etat islamique et de l’Etat islamique. Des milices armées affiliées aux Frères musulmans en Tunisie, ce qui a poussé l’armée tunisienne à renforcer sa présence dans ces zones, à contrecarrer ces opérations et à sécuriser les frontières.

Les médias tunisiens avaient révélé que les autorités avaient décidé d’empêcher l’entrée d’un certain nombre de dirigeants des Frères libyens en Tunisie.

Des journaux tunisiens ont cité des sources sécuritaires disant qu’Al-Mashri, qu’elle a décrit comme « l’homme de la Turquie en Libye », est en tête de liste des « interdictions d’entrée en Tunisie », notant qu' »une circulaire a été publiée sur tous les territoires tunisiens, maritimes et aériens passages frontaliers il y a deux jours. »

Selon les sources, la liste comprenait également le grand mufti des Frères musulmans en Libye, Al-Sadiq Al-Ghariani, en plus d’autres dirigeants libyens affiliés aux Frères musulmans.

Les dirigeants de la confrérie en Libye ont attaqué les récentes décisions du président tunisien, et Al-Mishri les a décrites comme un « coup d’État », et a menacé d’intervenir pour sauver la Renaissance, comme il l’a décrit, comme décrit par Al-Ghariani, appelant à affronter le décisions par la force.

Il a déclaré : « Les forces tunisiennes sont pleinement préparées, avec sécurité et renseignement, à faire face à ces tentatives qui visent la sécurité et la stabilité du pays, en réponse aux décisions correctives strictes annoncées par Saïd le 25 juillet dernier, gelant les travaux de la Chambre. l’immunité de ses membres, ainsi que l’exemption du Premier ministre et d’un certain nombre de ministres et de fonctionnaires de leurs fonctions au sein de l’État, et l’ouverture consécutive de cas de corruption et de financement étranger, pour laquelle un groupe de politiciens a été condamné.

Al-Jalidi a expliqué que les forces tunisiennes sont déployées à grande échelle près de la frontière libyenne, en référence aux mouvements qui ont lieu dans la ville libyenne de Janzour par les Brigades Khalid bin Al-Walid Daech.

Il a souligné que « le mouvement Ennahda a donné le feu vert aux Frères libyens pour intervenir dans les affaires tunisiennes, et cela est évident dans les déclarations des dirigeants de l’organisation libyenne, décrivant ce qui s’est passé en Tunisie comme un coup d’État et une menace publique. « intervenir pour corriger la situation ».

Les plus regardés

Le chef de l'Etat

Le chef de l’Etat reçoit le ministre congolais des AE

Le chef de l'Etat   Le président de la République, Kais Saied, a reçu, mardi, au palais de Carthage, le ministre des Affaires étrangères, de la...
L’importation des voitures augmente

L’importation des voitures augmente de 27%

L’importation des voitures augmente   Et 49 514 véhicules de tous types ont été commercialisés en Tunisie par divers concessionnaires au cours des dix premiers mois...
TABC

TABC présente le comité d’organisation du FITA 2022

Le Conseil tuniso-africain des affaires (TABC) a annoncé, lundi 22 novembre 2021, la formation du comité d'organisation de la cinquième session de la conférence...
Bulgarie

Bulgarie : Des dizaines de morts dans un accident de bus

Au moins 45 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées dans la nuit de lundi à mardi en Bulgarie dans un accident de bus...
Tunisie-Libye

Tunisie-Libye : Vers un nouveau partenariat économique

Tunisie-Libye   Etablir un nouveau partenariat et une intégration économique et sociale entre la Tunisie et la Libye, et tel est l'objectif principal du Forum Industriel...
Share via
Send this to a friend