Réunion du conseil de l’Isie : référen’’doom’’

0
333
Réunion du conseil

Réunion du conseil 

Le Bureau de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) s’est réuni pour discuter d’une nouvelle proposition de calendrier électoral dans le cadre de la tenue du référendum du 25 juillet 2022, tel que décidé par le Chef de l’Etat Qais. Heureux.

Les premières minutes de cette réunion ont été très calmes et routinières. Nous avons eu droit à un petit écran couleur qui illustre les efforts déployés par l’ISIE pour assurer le succès du référendum.

 

La clôture de la présentation et l’ouverture des discussions ont constitué le point de départ d’échanges chaotiques et absurdes. Les interventions et les observations des membres du Conseil ont reflété une grande divergence, qui s’est traduite par un manque d’homogénéité. Les déclarations de Muhammed Talili Mansiri, par exemple, expliquaient les limites techniques et logistiques d’Isie en soulignant l’impossibilité de déplacer les urnes et le matériel nécessaires au déroulement du référendum dans les cinq jours, vers l’étranger. ! La Tunisie ne pourra donc pas, en 2022, acheminer le matériel vers les bureaux de vote en moins de neuf jours comme prévu dans le calendrier prévisionnel.

Il semble que la même personne ignore que la loi interdit l’inscription à distance des électeurs sur le sol tunisien. Pour rappel, l’article 7 de la loi fondamentale n° 2014-16 du 26 mai 2014 relative aux élections et aux référendums stipule ce qui suit : « L’autorité peut procéder à l’inscription à distance des électeurs résidant à l’étranger. Elle peut utiliser des bureaux d’inscription mobiles ».

De plus, la plupart des discussions ont tourné autour de la question de l’inscription des électeurs. Sami bin Salama n’a pas tardé à exploiter le problème et à répandre son implication et son patriotisme dans ce processus. Il a suggéré de maintenir l’inscription ouverte même pendant la période allouée pour contester la liste électorale après sa publication. Bien sûr, personne n’a compris cette approche. Ainsi, nous avons pu voir un membre de l’Isie ouvertement et devant tout le monde appeler au non-respect de la loi électorale.

« Défendez l’inscription des électeurs ! » Conduisez là-bas! a déclaré Sami bin Salama devant les caméras, tentant de se faire passer pour le Bon Samaritain. Il a indiqué s’être abstenu de voter en faveur de la proposition de calendrier présentée et a persisté à manifester son opposition à l’actuel président d’Eze, Farouk Bouaskar. On sentait même une certaine rivalité entre les deux hommes.

Même Sami Salameh et certains membres du Conseil de l’État islamique ont insisté sur l’importance d’une rencontre entre le président de la République et tous les membres du Conseil. En réponse à cette remarque, Farouk Bouaskar a déclaré que ce n’était pas une question sur laquelle il pouvait trancher. Il a affirmé avoir informé la Présidence de la République de la volonté de tenir des réunions avec tous les membres du Conseil de l’ISIE et qu’il n’y a pas eu de retour du Chef de l’Etat. Cela montre que l’ISIe n’a ni l’autorité ni même la capacité de tenir une réunion avec le président.

 

Qu’en est-il des dépassements et des violations ? L’ISIE pourra-t-elle s’opposer à une éventuelle ingérence de la Présidence ou au non-respect des procédures et de la législation établies ? Des questions auxquelles personne ne peut répondre puisque le président de la république est habitué à ce genre d’interrogatoire et a choisi à plusieurs reprises de foncer tête baissée. Il semble que certaines parties du corps aient adopté cette mauvaise habitude.

Après une courte période de « Défendre le droit des électeurs à s’inscrire » lancée et bien préparée par Sami Benslama, la tension est quelque peu montée. Après avoir renoncé à enfreindre la loi en ne respectant pas les délais impartis aux recours, Sami Benslama s’est interrogé sur la possibilité de renforcer les cadres de l’autorité afin d’inscrire davantage d’électeurs. A cette époque, nous avons découvert que l’ISIe ne s’était tout simplement pas préparé au référendum annoncé depuis le 13 décembre 2021. L’absence d’avancées sur cette question n’est due qu’à une seule raison : l’absence de publication d’un texte légal officialisant la tenue d’un référendum sur 25 juillet 2022. L’Isie est tout simplement paralysé par la négativité du président de la République à ce sujet.

Concernant les appareils utilisés lors des élections précédentes, le directeur exécutif de la commission, Reda Al-Misawi, a indiqué que les tablettes utilisées pour l’inscription des électeurs ne sont pas en sa possession.