Salsabil Klibi dénonce l’ambiguïté de l’entreprise de Kaïs Saïed

0
320
Salsabil Klibi

Salsabil Klibi

Le président de la République veut-il revoir la Constitution de 2014 ? Préférez-vous un nouveau texte constitutionnel ? Et qu’en est-il du référendum ? Quelle serait la chose? « Je n’ai aucune idée! » C’est ce qu’a demandé le professeur des universités spécialisé en droit constitutionnel, Salsabil Kelibi, en réponse à toutes ces questions posées par Elias Gharbi dans le Medi Show du mardi 15 mars 2022, sur Mosaïque FM.

Le décret 117 n’apporte aucune précision. Le projet de Kais Saied reste ambigu, ce qu’il entend faire de la constitution de 2014, ainsi que la nature du texte qui sera soumis au référendum le 25 juillet, est enveloppé d’une ambiguïté totale.

Aucune précision n’a été rapportée quant à la mission exacte du comité consultatif que le chef de l’Etat entend mettre en place et consulter. On ne sait rien des travaux qui lui seront confiés ni de leur avancement. Selon Mme Kleby, tant que ce comité ne sera pas formé, nous n’aurons pas de réponses.

Cependant, il est clair que les membres de la commission en question seront nommés par le locataire de Carthage lui-même. Ils seront consultés par le Président de la République, mais leurs recommandations ne pourront être prises en considération. « Ce que ce comité fournira ne constitue pas une approbation », a déclaré Mme Kleby.

Après s’être adressé à Qais Saied sur l’incertitude générale résultant de son joyeux projet, Al-Moallem a critiqué le sens des priorités du chef de l’Etat, soulignant que la question de la constitution est secondaire au regard de la situation sociale et économique du pays. « Avoir un nouveau texte ne nous apportera rien si la situation reste la même », a-t-elle déclaré.

Et elle d’ajouter : « Il faut, par ailleurs, mettre fin à l’état d’exception », notant que le processus fixé par le président de la République est long « comme s’il oubliait que nous étions dans des temps exceptionnels ».