Sghaier Zakraoui : Le président représente l’Etat, son existence et sa continuité !

0
620

Professeur de droit public et chef du département de droit public à la faculté de droit et des sciences politiques de Tunis Sghir, Sghir Zakraoui, a estimé que le président de la République n’a pas précisé s’il entendait arrêter les travaux de la constitution en totalité ou en partie.

 

A l’invitation de Radio Express FM le 22 septembre 2021, Sghir Zakraoui a supposé que le Président de la République entend suspendre les dispositions relatives à l’organisation des pouvoirs législatif et exécutif. Le président a exprimé son adhésion aux droits et libertés car cela est lié aux acquis de la révolution. Je ne pense donc pas que les articles qui garantissent que cela sera mis en attente. »

« Le président représente l’État, son existence et sa continuité… Les institutions de l’État sont devenues un danger pour l’État… Après avoir constaté un grand danger, il a mis en œuvre l’article 80… Il s’agit d’un geste courageux. Cependant , la lenteur à annoncer les mesures après le 25 juillet 2021 nous a fait étouffer. ».

Al-Saghir Zakraoui a estimé que les déclarations du Président de la République laissent supposer que Qais Saeed entend modifier les articles réglementant les pouvoirs.

« Ça fait près de 50 articles ! Le législatif occupe à lui seul un tiers de la constitution. Le président entend améliorer la constitution… Il est possible d’aller vers le scénario radical que j’ai préconisé, à savoir, la rédaction d’une nouvelle constitution. Tunisie a besoin d’un nouveau départ… ce qui s’est passé pendant les dix années Le passé n’est que chaos et anarchie… La constitution contient de nombreux pièges et tromperies… Et le système politique, en raison de sa nature hybride, fait partie du problème . » expliquer.

Par ailleurs, Al-Saghir Zakraou a confirmé qu’un comité spécialisé pourrait être formé pour rédiger une nouvelle constitution d’ici trois à quatre mois. « Cela s’est produit dans plusieurs pays, comme l’Egypte et l’Algérie », a-t-il déclaré.

« Le Parlement, qui est le centre du pouvoir, est devenu le nœud du problème… Si le système présidentiel, lorsqu’il est soumis à certaines restrictions, peut fonctionner correctement… Le système politique est un écosystème… Il faut mettre en place une cour constitutionnelle », a-t-il déclaré. ajoutée.