Après un long silence, le retour de Naoufel Saïed

0
296
Après un long silence

Après un long silence

Après une très longue absence des sites de réseaux sociaux, le frère du président de la République, Nofal Saeed, revient. Il n’a rien posté depuis octobre 2021. Dans ce come-back, Nofal Saeed a choisi de le faire en anglais, dans un long post Facebook faisant le point sur la situation avant le 25 juillet et expliquant la démarche de son frère en tant que président.

En tant que premier « explicateur » présidentiel, Nofal Saïd a été très critique à l’égard de l’élite politique avec toutes ses composantes au pouvoir en Tunisie au cours de la dernière décennie, et estime que cette élite, qui n’offre pas d’alternative, a été rejetée par le peuple. .

« Ignorant cette affaire, les membres de cette élite continuent leurs efforts pathétiques et désespérés pour réformer un semblant de nouvelle légitimité basée sur une histoire basée sur la supposée dérive autoritaire du président Saïd depuis le 25 juillet et sa prétendue violation des droits de l’homme. Mais ces efforts ont été infructueux. »

Selon Nofal Saeed, le président a déjoué les tentatives de cette élite corrompue et de l’État profond, car il a toujours joui d’une popularité sans précédent.

Par conséquent, ils n’ont trouvé d’autre moyen de déstabiliser le pays que de provoquer des pénuries alimentaires, de manipuler les prix des denrées et des produits de base, et d’organiser des fuites qui nuisent à la bonne réputation du président et des membres de sa famille… Tout cela dans le but de saper la crédibilité du président auprès du peuple… Mais toutes ces tentatives se sont révélées au final contre-productives et défaites, renforçant la popularité du président et augmentant le mécontentement de ses opposants… » Il a également souligné que le haut niveau de confiance et la crédibilité dont jouit le président lui ont permis d’absorber le mécontentement populaire, d’atténuer les effets de la profonde crise politique et sociale et d’assurer la stabilité du pays.

Mais Nofal Saïd reconnaît la nécessité de créer à court terme de véritables institutions représentatives pour alléger la lourde charge qui pèse sur le président. Il aborde des éléments de langage répétés par des commentateurs : « Ces institutions doivent être véritablement démocratiques, loin de la façade démocratique qui prévaut depuis une décennie.

Le frère du président affirme également que la décision prise par Kais Saied n’est pas permanente et prendra fin une fois le processus électoral terminé en décembre 2022 et un nouveau parlement démocratiquement élu établi. Maintenant, nous devons donner du temps au président. Toute autre situation est préjudiciable aux intérêts du pays et de la région. Surtout, éviter toute sorte d’escalade dans les jours à venir à l’approche du 25 juillet 2022, date du référendum, car certains veulent l’avorter à tout prix de peur que cela ne leur crée un point. Il n’y a pas de retour en perdant définitivement les avantages qu’ils ont accumulés au cours de la dernière décennie.

Nofal Saïd revendique pour lui le droit de conseiller les adversaires de son frère, leur ordonnant de régler leurs différends avec ceux qu’il rejette au lieu d’attaquer le chef. Selon lui, il serait préférable pour eux de s’engager dans une longue période d’examen, d’entamer le processus d’autocritique et de s’excuser publiquement auprès des gens. Il a ainsi critiqué les partis politiques et les organisations nationales qui ne se sont pas adaptés depuis le 25 juillet (10 mois), ironisant en ces termes : « Comme si la seule opposition à Kais Saied pouvait désormais constituer en elle-même un programme politique viable capable de justifier « Ils retournent à la vie politique comme si de rien n’était. »

Enfin, le frère du président estime que la poursuite de la rhétorique anti-Saied et la prise de mesures en ce sens conduiront certainement à une aggravation de l’impasse, contrarieront le peuple tunisien et, surtout, « mettront en danger la stabilité et la sécurité du pays et de la région et ouvrir les portes grandes ouvertes. » Devant des groupes de terroristes et d’immigrés illégaux qui vont laver les eaux des rives nord de la Méditerranée. » Il affirme que le président fait des progrès remarquables sur les deux fronts, « et nous voulons certainement consolider ces progrès dans les mois à venir. ”

Naoufel Saïd conclut que supposer l’illégitimité de la décision du 25 juillet pourrait devenir « une autre mauvaise hypothèse sur la Tunisie et l’Afrique du Nord et peut-être ailleurs aussi… ».

Rédiger cette note explicative en anglais n’est pas une mince affaire. Certains éléments linguistiques, notamment en ce qui concerne les immigrés, le terrorisme et la déstabilisation régionale, suggèrent que Nofal Said s’adresse principalement aux observateurs étrangers.