vendredi, octobre 22, 2021

Boubaker Zakhama : Le système sanitaire ne sert pas les intérêts des Tunisiens !

Le président de la Chambre syndicale nationale des cliniques privées de l’UTICA, Boubacar Zakama, a déclaré que les cliniques privées étaient harcelées depuis le début de l’épidémie en Tunisie.

A l’invitation de Radio Express FM le 16 septembre 2021, Boubacar Zakhama a expliqué que cela est causé par la situation dans laquelle se trouve le système de santé tunisien. Cela ne sert pas les intérêts du citoyen. De plus, la Tunisie n’était pas préparée à faire face à une pandémie… Notre système d’assurance maladie ne couvre pas tous les besoins. Il a ajouté que la défaillance de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) pousse les citoyens à se faire soigner dans des établissements privés et à leurs frais.

Boubacar Zakama a souligné que dans le cadre de la lutte contre l’épidémie, les cliniques privées ont mis en place un département Covid-19, en plus de se doter d’équipements de pointe malgré la crise économique, afin d’assurer la qualité du service.

« Nous avons réussi à atteindre cet objectif tout en maintenant une coopération continue avec le ministère de la Santé et une application stricte du protocole sanitaire », a-t-il déclaré.

Par la suite, Boubacar Zakama a estimé que la situation épidémiologique s’était considérablement améliorée. « Il n’y a pratiquement pas de patients atteints de coronavirus dans les cliniques privées », a-t-il ajouté.

Concernant la coopération tuniso-libyenne dans le domaine médical, le chef de la chambre syndicale a précisé que contrairement à ce qui a été rapporté par certains médias, le transfert de patients libyens en Tunisie n’a pas été arrêté. Il a également évoqué la suspension de l’envoi de patients soignés en Libye en Tunisie depuis plusieurs années. Il a été décidé de ne pas régler les dettes libyennes avec les cliniques privées.

Nous acceptons les patients qui sont traités par des institutions du secteur privé libyen. D’autres patients pris en charge par l’État libyen, qui reçoivent des soins dans d’autres pays tels que la Turquie, viennent en Tunisie car ils ne sont pas satisfaits de la qualité du service dans ces destinations », ajoute a-t-.

 

Revenant sur le sujet de la religion libyenne, Boubacar Zakama a rappelé qu’elle s’est cumulée depuis la révolution libyenne de 2011. De plus, nous avons soigné un certain nombre de blessés de la révolution pendant deux mois… via le consulat, l’ambassade et le ministère de la Santé de Libye. ils ont contracté avec plusieurs établissements.. ils n’ont pas pris Les efforts et sacrifices des cliniques privées sont pris en compte… la dette totale a dépassé 270 millions de dinars… Cette dette a été incluse dans les déclarations fiscales des cliniques privées et est soumise à impôts. »

Boubacar Zakama a expliqué que les cliniques privées surveillent de près la question de la dette libyenne. Il a apprécié le constat de ce problème par le Président de la République lors de son entretien avec le Chef du gouvernement libyen à l’occasion de la rencontre du 9 septembre 2021.

Il a également nié les allégations selon lesquelles les cliniques privées auraient augmenté les frais supplémentaires. Les factures des dossiers en question ont été vérifiées à trois reprises. C’est un moyen de rembourser la dette ! Nous avons insulté les autorités libyennes en prétendant qu’elles allaient réduire de 50 % cette dette ! « Huée.

En plus de cette dette libyenne, la CNAM n’est plus en mesure de payer les cliniques privées. Les fonds sociaux doivent environ 6000 milliards à la CNAM. Zakama a ajouté que ce montant comprend les sommes récupérées auprès des cliniques privées. Celles-ci sont dans une situation critique et personne ne les connaît.

Les plus regardés

Abir Moussi

Biographie de Abir Moussi

Biographie Abir Moussi , née le 15 mars 1975 à Jemmal, est une avocate et femme politique tunisienne. Elle est la présidente du Parti destourien libre depuis 2016 et députée depuis 2019. Abir Moussi naît le 15 mars 1975 à Jemmal de Tijani Moussi, originaire de Béja et...
Accidents de la route

Accidents de la route : plus de 700 morts et 4 891 blessés

Depuis le début de l'année, 732 personnes sont décédées et 4 891 ont été blessées dans des accidents de la route, selon l'Observatoire national...
Abir Moussi-Plus d'un millier de sympathisants du parti ont répondu à l'événement annoncé il y a environ deux semaines par le chef du parti PDL, Abir Moussa. Cependant, à son arrivée, Mme Musa a appris qu'il lui était interdit d'entrer sur la Place des Martyrs. Les manifestants ont vivement protesté contre cette mesure, rappelant que le parti était déjà présent chaque année Place des Martyrs depuis 2016. Ils ont réclamé leur droit d'entrer.

Abir Moussi interdite d’accéder au carré des martyrs à Bizerte

Abir Moussi Le Parti populaire de libération (PDL), vendredi 15 octobre 2021, a organisé un rassemblement à Bizerte dans le cadre du "convoi d'éclairage" lancé...
Accusations de Khiari contre Saied

Accusations de Khiari contre Saied

Accusations de Khiari contre Saied Rached Khiari, hier lundi, il accuse le président de la république tunisienne, Kais Saied, d’avoir reçu des financements étrangers, pour...
Josep Borrell-Selon un communiqué publié le jour de l'entretien téléphonique avec la Présidence de la République, Kais Saied a expliqué à Josep Borrell les raisons de l'annonce des mesures exceptionnelles en Tunisie, soulignant, en substance, que l'Etat tunisien est sur le point de effondrer.

Kaïs Saïed à Josep Borrell : L’Etat était sur le point de s’effondrer !

Josep Borrell Le 15 octobre 2021, le président de la République, Kais Saied, s'est entretenu par téléphone avec le vice-président de la Commission européenne et...
Share via
Send this to a friend