L’Ethiopie ne reconnait pas le « faux pas historique » de la Tunisie !

0
663

Une « erreur historique », c’est ainsi que les autorités éthiopiennes ont qualifié la position de la Tunisie à la tête du Conseil de sécurité des Nations unies concernant les affaires des Nations unies, le barrage du Grand Renaissance.

Dans une déclaration publiée le 15 septembre 2021, le ministère éthiopien des Affaires étrangères a critiqué la publication d’une déclaration au nom du président du Conseil de sécurité. La même source a ajouté que « l’Éthiopie ne reconnaîtra aucune réclamation qui pourrait être soulevée sur la base de la déclaration présidentielle ».

Après avoir pris note de la déclaration du Président du Conseil, l’Éthiopie a estimé que sa publication, neuf semaines après la réunion du Conseil de sécurité sur le barrage du Grand Renaissance, est sans précédent.

L’Éthiopie a déclaré que l’accélération de l’annonce de la présidence du Conseil de sécurité sape la responsabilité de la Tunisie en tant que membre non permanent du Conseil représentant le continent africain. L’Éthiopie a également félicité les membres du Conseil qui ont aidé à corriger les atteintes à l’intégrité des travaux du Conseil lors du traitement de la déclaration.

« Il est regrettable que le Conseil suprême annonce sa position sur la question du droit à l’eau et au développement, qui est quelque chose qui sort du cadre de ses compétences », lit-on dans le même communiqué. L’Éthiopie a salué la réorientation de la question vers les négociations tripartites menées par l’Union africaine.

Le ministère a déclaré que les ressources en eau transfrontalières offrent une opportunité pour le bien public. L’Etat a déclaré que sa position sur le Nil est correcte. Il aspire également à réaliser son droit légitime tout en instaurant l’amitié entre les peuples des pays riverains. La déclaration a conclu que « l’Éthiopie estime que le moment est venu pour les pays du bassin du Nil de préparer et de renforcer la coopération en ce qui concerne cette région ».