mardi, novembre 30, 2021

Cyberattaque contre l’Iran : Téhéran accuse les USA et Israël

Un haut responsable iranien a évoqué l’implication possible des États-Unis et d’Israël dans la cyberattaque sans précédent, qui a perturbé le système de distribution de carburant iranien pendant cinq jours.

Le ministre de la Défense a déclaré samedi soir à la télévision d’Etat que l’attaque de mardi apparaissait « techniquement » comme deux incidents similaires « dont les auteurs étaient » nos ennemis incontestables, les Etats-Unis et le régime sioniste », Gholamriz Jalali.

« Nous avons analysé deux accidents, un accident de train et un accident au port de Shahid Rajaee, et nous avons constaté qu’ils sont similaires en termes de schéma d’attaque », a déclaré le général.

En juillet, une « perturbation électronique » a laissé le portail Internet inaccessible pour le système ferroviaire du pays, selon les autorités, et a créé « un chaos sans précédent » selon l’agence de presse conservatrice Fars.

En mai 2020, le Washington Post a signalé une cyberattaque israélienne contre le port iranien Shahid Rajaei situé sur le détroit d’Ormuz, un passage stratégique par lequel passe un tiers du pétrole maritime mondial.

L’incident de mardi a incité les plus hautes autorités iraniennes à réagir et a entraîné des embouteillages dans les principales artères de la capitale, Téhéran, la circulation étant perturbée par de longues files d’attente devant les stations-service.

Après l’attaque, ont indiqué les autorités, des techniciens du ministère iranien du Pétrole ont été déployés pour déconnecter le système informatique des stations-service afin de distribuer le carburant manuellement.

Mercredi, le président Ibrahim Al-Rassi a accusé les auteurs de chercher à monter le peuple contre les dirigeants iraniens.

Environ 3.200 stations-service dans le pays (sur 4.300) ont de nouveau été raccordées au système central de distribution de carburant, selon un communiqué publié par la National Petroleum Products Distribution Company, citant dimanche l’agence de presse officielle IRNA.

D’autres stations fournissent de l’essence, mais à un prix non subventionné appelé « prix libre », qui est le double du coût de l’essence subventionnée, dont le prix est d’environ 0,05 euro le litre, ajoute la même source.

Dans un pays où l’essence circule à un prix imbattable, tous les automobilistes qui souhaitent acheter du carburant doivent disposer d’une carte numérique délivrée par les autorités. Il vous permet de profiter d’une quantité mensuelle d’essence à un prix subventionné, et une fois que vous utilisez le quota, vous pouvez acheter l’essence « à prix libre » plus chère.

Depuis 2010, lorsque le virus Stuxnet a frappé le programme nucléaire iranien, l’Iran d’une part et Israël et les États-Unis d’autre part se sont régulièrement accusés mutuellement de cyberattaques.

Les plus regardés

Le chef de l'Etat

Le chef de l’Etat reçoit le ministre congolais des AE

Le chef de l'Etat   Le président de la République, Kais Saied, a reçu, mardi, au palais de Carthage, le ministre des Affaires étrangères, de la...
Ministère de l’Education

Ministère de l’Education: Le pass sanitaire, bientôt obligatoire

Ministère de l’Education À partir du 22 décembre, le ministère de l'Éducation exigera de tous les employés, accompagnateurs et étrangers de plus de 18 ans...
L’importation des voitures augmente

L’importation des voitures augmente de 27%

L’importation des voitures augmente   Et 49 514 véhicules de tous types ont été commercialisés en Tunisie par divers concessionnaires au cours des dix premiers mois...
TABC

TABC présente le comité d’organisation du FITA 2022

Le Conseil tuniso-africain des affaires (TABC) a annoncé, lundi 22 novembre 2021, la formation du comité d'organisation de la cinquième session de la conférence...
Bulgarie

Bulgarie : Des dizaines de morts dans un accident de bus

Au moins 45 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées dans la nuit de lundi à mardi en Bulgarie dans un accident de bus...
Share via
Send this to a friend