Émeutes au Kazakhstan: Plus de 160 morts, près de 6.000 arrestations

0
417
Émeutes au Kazakhstan

Les émeutes au Kazakhstan cette semaine ont fait au moins 164 morts, selon un nouveau bilan en forte augmentation, alors que les autorités du plus grand pays d’Asie centrale poursuivent leur répression implacable, avec près de 6 000 personnes arrêtées.

Dimanche, plusieurs médias ont rapporté, citant le ministère de la Santé, qu’à Almaty seulement, la capitale économique qui a connu les émeutes les plus violentes, 103 personnes ont été tuées.

Ce bilan, qui ne peut être vérifié de manière indépendante, s’agrandit. Jusqu’à présent, les autorités ont signalé que 26 manifestants et 16 membres des forces de sécurité ont été tués et plus de 2 000 ont été blessés.

Dimanche, la présidence a annoncé l’arrestation de 5.800 personnes et l’ouverture de 125 enquêtes à la suite de ces émeutes sans précédent depuis l’indépendance de ce pays de 19 millions d’habitants et riche en hydrocarbures en 1989.

Et la présidence, après une réunion de crise avec le chef de l’Etat, Kassym-Jomart Tokayev, a annoncé que « la situation est stable dans toutes les régions du pays », même si les forces de sécurité mènent toujours des opérations de « nettoyage ».

La manifestation a débuté dimanche dernier en province après la hausse des prix du gaz, avant de gagner les principales villes, dont Almaty, où la police a tiré à balles réelles sur les manifestants qui ont pris d’assaut les bâtiments officiels.
Selon le ministère kazakh de l’Intérieur, les dégâts matériels causés par les violences étaient initialement estimés à 175 millions d’euros.

Plus de 100 entreprises et banques ont été pillées et plus de 400 voitures détruites, selon la même source.

Le Kazakhstan a annoncé, samedi, l’arrestation de l’ancien directeur des services de renseignement Karim Masimov, première grande personnalité à être arrêtée pour suspicion de « haute trahison ».

Le président Tokayev a refusé tout dialogue avec les manifestants et a autorisé vendredi ses forces à « tirer pour tuer ».