Grève générale : l’offensive de la réquisition

0
374
Grève générale

Les préparatifs de la centrale syndicale pour la grève générale du secteur public battent leur plein. Les différents syndicats ont pris les mesures nécessaires pour assurer le succès de la grève. Certains ont appelé leurs affiliés à ne pas répondre aux notifications de commande si elles sont émises.

En effet, des sources fiables ont confirmé à Business News qu’il est tout à fait possible qu’il y ait des mises en demeure pour briser la grève générale et assurer un niveau minimum de service public. Au CTN, le PDG a déjà publié une note.

D’ailleurs, beaucoup attendent un décret présidentiel, ce soir, en ce sens.

Les administrateurs de la page officielle de l’Union générale tunisienne du travail ont publié une loi, supprimée par la suite, stipulant « de ne pas prêter attention aux notifications d’acquisition, de se conformer aux dispositions de la grève, tout en assurant le service minimum requis ».

On rapporte que la centrale syndicale a annoncé une grève générale dans le secteur public pour le jeudi 16 juin 2022. Une grève qui paralyserait tout le pays, compte tenu des secteurs qui seront touchés, notamment les transports et la santé. Service postal. Cette grève s’est poursuivie après l’échec des négociations sociales avec le gouvernement. Les responsables syndicaux soulignent que la grève n’a rien de politique et que si c’était le cas, ils n’auraient pas peur de l’annoncer.

Hier, le président de la République a reçu le Premier ministre Naglaa Boden, pour évoquer la situation générale du pays, ainsi que l’importance de maintenir la continuité du service public, ce qui confirme la possibilité de recourir au mécanisme d’acquisition.