Hédi Sellami : 2023, l’année de décollage pour One Tech

0
326
Hédi Sellami

Hédi Sellami 

2021 a été une année compliquée pour One Tech Group, en raison de problèmes d’approvisionnement, notamment dans les semi-conducteurs, provoquant des perturbations de la production. 2022 c’est pareil. Cependant, le PDG estime que ces deux années sont charnières, car nous devons nous positionner. Il pense qu’en 2023, il devrait y avoir un début complètement différent.

C’est globalement ce qui ressort de la réunion de l’Assemblée Générale Ordinaire de l’exercice 2021 qui s’est tenue dans la bonne ambiance le jeudi 26 mai 2022 au siège de la société sous l’égide de son Président du Conseil d’Administration Moncef Al -Salami et sa directrice générale Heidi Al-Salami. . Les actionnaires auront droit, cette année, à un dividende net de 0,230 dinars par action sans prélèvement à l’émetteur, prélevé sur la prime d’émission et mis en paiement à compter du 10 juin 2022.

« Après le passage difficile des deux dernières années, en particulier le virus COVID-19 et la guerre en Ukraine, les entreprises du monde entier ont traversé des situations très sensibles. Cependant, One Tech a réussi à surmonter toute difficulté pendant la pandémie et pendant la guerre actuelle en Ukraine », a déclaré Moncef Salami. , notant que « le volume des dividendes est beaucoup plus élevé que l’année précédente ».

Et d’ajouter : « En 2022, nous envisageons une ouverture assez large en termes d’expansion de One Tceh, notamment à l’étranger, ce qui entraînera des changements au sein de l’entreprise en temps voulu. »

En effet, la pandémie de Covid-19 a eu un impact sur les chaînes d’approvisionnement et les processus de production automobiles, notamment en raison de la crise des semi-conducteurs, qui a eu un impact majeur sur les constructeurs automobiles européens. Dans le même temps, la demande de produits électroniques (ordinateurs portables, jeux vidéo, objets connectés, etc.) a augmenté.

Par ailleurs, pour remédier à cette pénurie de semi-conducteurs, les autorités européennes ont souligné la nécessité de renforcer la souveraineté technologique de l’Europe et de réduire sa dépendance vis-à-vis des fournisseurs étrangers : vingt milliards d’euros pourraient être investis dans des constructions massives.

Dans le même temps, on assiste à une hausse du prix des matières premières ainsi qu’à une envolée des coûts logistiques.

La société a enregistré un résultat net consolidé en 2021 de 39,41 millions de dinars, contre 25,48 millions de dinars en 2020, soit une hausse de 54,6% malgré l’impôt qui a plus que doublé pour atteindre 9,57 millions de dinars.

«S’il n’y avait pas eu de perturbations au second semestre 2021, nous aurions fait beaucoup mieux que cela en termes de résultat net, et nous aurions pu tenir jusqu’en 2018. Nos carnets de commandes sont pleins jusqu’à fin 2022 et commencent à finir. 2023.

Le directeur général a dit que la demande est là et qu’elle est en augmentation, mais il y a des éléments extérieurs qui nous dépassent.

La contribution la plus significative au résultat provient du pôle mécatronique avec 22,6 MD suivi du puits d’usinage des câbles avec 18,2 MD. Le Département des technologies de l’information et de la communication a fourni 2 millions de dinars, contre 1,4 million l’année précédente.

Le chiffre d’affaires consolidé a augmenté de 26 %, passant de 718,58 millions de dinars fin 2020 à 905,06 millions de dinars fin 2021, la part des ventes de la mécatronique fusionnant 47 % et les ventes vers l’Europe de 76 %.

Au niveau individuel, la holding a enregistré une baisse du niveau des dividendes versés par les filiales du groupe au titre de l’exercice 20 de 36,94% : les revenus se sont élevés à 18,48 millions de dinars. Les revenus de placement ont également diminué de 16,78 %. En conséquence, le résultat net a diminué de 30,46% pour atteindre 18,14 millions de dinars.

En 2022, l’entreprise a investi plus de 34 millions de dinars, dont 22 millions de dinars prévus annuellement pour renouveler les équipements. Le PDG affirme, dans ce contexte, que le financement du fonds de roulement et des investissements a été réalisé avec la trésorerie générée par le groupe.

 

Hadi Salami a expliqué que « 2021 a été une année plutôt mouvementée, avec beaucoup de transformations : on a commencé à payer le prix des conséquences voire des séquelles du Covid-19 », précisant que l’année a été rythmée par de nouveaux problèmes.

Pour ajouter : « Globalement, le premier semestre a été assez bon mais le second a été lent en raison de l’approvisionnement, du manque de matières premières, de problèmes de transport et de diverses autres choses. Cependant, nous nous en sommes relativement bien sortis.

Nous travaillons beaucoup sur le marché automobile, mais le marché ne s’est pas redressé en raison d’un manque de composants, de disponibilité et de problèmes logistiques dans le monde. Nous avons des pénuries partout et le secteur le plus durement touché est celui des semi-conducteurs. Nous avions beaucoup de points d’arrêt dans les chaînes : une activité en dents de scie. Tout cela nous a fait traverser des moments très compliqués. »