Ibrahim Belghith se défend face aux accusations de trahison

0
126
Ibrahim Belghith

Ibrahim Belghith 

L’avocat Ibrahim Belgaith a subi plusieurs attaques depuis l’annonce de la décision de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples concernant son recours contre l’Etat tunisien. Il a été largement critiqué et accusé de trahison. En réponse, l’avocat s’est défendu en revenant sur les détails de l’affaire le mardi 27 septembre 2022, lors d’une interview à l’émission 90 Minutes sur IFM.

M. Belghith a affirmé que sa plainte ne visait personne et qu’elle était déposée contre l’Etat tunisien, soulignant que cela ne peut être qualifié de trahison car la Cour africaine ne s’immisce pas dans le cours de la justice tunisienne.

En réponse à une requête en dépôt de plainte contre la République tunisienne, pour violation de leurs droits garantis par les articles 13 (1) et 20 (1) de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, et 1 (1), 25 (a) et 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) Après avoir pris les décrets présidentiels nos 117, 69, 80, 109, 137 et 138 de 2021, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a appelé la l’État à restaurer la démocratie constitutionnelle dans un délai de deux ans.

En ce sens, l’avocat a souligné que la Tunisie – l’un des signataires de la Charte africaine des droits de l’homme – doit se conformer aux décisions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Il a ajouté, par ailleurs, qu’il était très fier de ce que la Tunisie a pu accomplir dans le domaine des droits de l’homme, notant qu’en 2017 – sous le règne de Béji Caïd Essebsi – l’Etat tunisien a signé la déclaration permettant aux individus et aux ONG de communiquer directement avec la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples. .

Revenant sur les motifs de son recours, May Belgaith a souligné que le décret 117 publié par le président de la République en septembre 2021 après avoir gelé la Chambre des représentants et limogé le Premier ministre et son équipe le 25 juillet, est une violation. De ses droits et des droits du peuple tunisien.

 

Outre le délai de deux ans, la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a exhorté l’État tunisien à abroger les décrets présidentiels n° 117 du 22 septembre 2021 et les décrets n° 69, 80 et 109 des 26, 29 août précités. et 24 et 2021 et décrets n° 137 et 138 du 11 octobre 2021. Dans son arrêt du 22 septembre 2022, l’État tunisien a également ordonné qu’un rapport soit soumis au tribunal dans les six mois sur la mise en œuvre des mesures requises et par la suite , tous les six mois. mois jusqu’à ce que le tribunal considère que toutes ses décisions ont été pleinement exécutées.