Kobbet El Houa risque de s’effondrer

0
403
Kobbet El Houa

Kobbet El Houa

Le Bailliage Dôme d’El Hawa, l’un des édifices les plus mythiques de la commune de La Marsa, risque de s’effondrer. Faute de moyens légaux permettant la restauration, les autorités locales se sont contentées d’apposer un panneau avertissant du danger d’y pénétrer.

Les images de ce tableau ont rapidement fait réagir la toile. De nombreux internautes ont dénoncé l’incapacité de l’État à se soucier de ses effets. « Ça fait mal au coeur… un pays qui ne réussit pas à créer et à construire mais qui voit aussi ses acquis se détériorer voire s’effondrer ! », a écrit le journaliste et écrivain Mehdi Kato sur sa page Facebook.

Le monument historique – construit directement sur la côte – repose sur plusieurs piliers et est orné d’un dôme en marbre. Selon le site Internet de la municipalité de La Marsa, le bâtiment abritait des fêtes et des soirées. Le deuxième étage abrite des appartements secrets dédiés à la Baie.

La date de sa construction a fait l’objet de plusieurs hypothèses. Si certains historiens affirment que la date de sa construction remonte aux années 1920, d’autres se réfèrent au début des années 1930, certains témoignent même que ce pavillon a été construit sous le règne d’Ali bin Hussein Bey comme résidence d’été, vers la seconde moitié du 19ème siècle.

Le bâtiment a été vendu pour des fêtes privées dans les années 1960, puis le bâtiment a été transformé en restaurants et garde-manger. Plusieurs modifications ont été apportées à l’infrastructure. En 2012, les colonnes ont été renforcées puis le bâtiment – qui avait fait l’objet d’un litige foncier – a fermé ses portes au public en 2016.

L’Agence de protection et d’aménagement du littoral (Apal) – l’actuel propriétaire des bâtiments – n’a rien fait pour sauver ce bâtiment faute de capacité. Selon une déclaration du maire d’El Marsa, Moez Bouraoui, au journal La Presse – qui remonte à 2021 – la municipalité n’a pas réussi à signer un accord avec Abal et à se prévaloir du droit de gérer et d’exploiter le dôme de la passion. La demande de classement déposée par la municipalité n’a pas encore abouti.