Le choc des légitimités

0
123
Le choc

Le choc

Le Parlement, rejeté par une large majorité de Tunisiens, s’est réuni en séance plénière le mercredi 30 mars 2022. Il a été rejeté, insulté et dénoncé, si bien que lorsque le président de la République a annoncé les mesures du 25 juillet, le soulagement était présent. Ils disent que les députés sont revenus aujourd’hui pour renverser les procédures présidentielles.

Au lendemain de la visite du sous-secrétaire d’État américain à la démocratie et aux droits de l’homme, le processus de rétablissement du pouvoir a été lancé par les parlementaires. Exit Rashid Ghannouchi de la présidence de séance. La carte du leader islamique est trop « brûlée ». La première vice-présidente, Samira Chaouachi, membre et dirigeante du parti Cœur de Tunisie et actuellement son leader, est également partie en pleine nature. Et il y avait consensus sur Tariq Fateiti, le deuxième vice-président « indépendant ». Mais certains députés, qui appelaient à une séance plénière pour affronter le président, n’ont pas voulu uriner, et ont lié leur retour sur les lieux à l’image du leader islamiste et des personnalités dénoncées par les Tunisiens.

La manœuvre est en préparation depuis un certain temps. Il fallait juste choisir le bon timing, rassembler le plus de monde possible et vous soutenir. Le 25 mars, un groupe d’une trentaine de députés non musulmans lance un appel à une session plénière. L’idée est de mettre de côté les divergences et les divisions pour renverser l’hégémonie du chef de l’Etat et supprimer purement et simplement ses décisions après le 25 juillet. Le même jour, Rached Ghannouchi, président de la Chambre des représentants gelée, a tenu une réunion du bureau du Parti populaire africain, qui a fixé la date de la session plénière. L’appareil a été allumé. Qais Saeed n’a d’autre choix que de regarder ce qui se passe, car il a toujours refusé de dissoudre le parlement et s’est contenté de geler son activité conformément à la constitution, a-t-il déclaré. Certains s’attendaient à une mesure étonnante, dont l’assignation à résidence des instigateurs, mais les autorités ont préféré faire quelque chose de fourbe/ridicule en censurant l’application Zoom.

Un projet de loi a été voté : annulant tous les décrets présidentiels pris après le 25 juillet, notamment ceux relatifs à la prorogation des mesures exceptionnelles, le décret 117 et la création du Conseil supérieur provisoire de la magistrature. L’article deux du texte stipule que la loi doit être publiée au Journal officiel et sur le site Internet du Parlement. Sauf que vraiment, ce parlement n’a plus le contrôle. Il a été écarté des cercles décisionnels. L’astuce qui a été trouvée était que la loi devait entrer en vigueur au moment du vote dans son intégralité. Cependant, une loi ne devient loi que si nous avons les moyens de l’appliquer et que le Parlement n’a pas de loi.

Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Quelle est la valeur tangible de cette mesure par les parlementaires ? Qui sortira vainqueur de cette confrontation institutionnelle ?

Pour les légalistes, l’ARP est dans son droit et a toute la légitimité pour renverser le Président de la République, celui qui s’est emparé du pouvoir et a gelé l’Assemblée dans une déformation constitutionnelle.

Pour les opposants à Kais Saied, un échec, qu’il n’a pas su garantir, la dégradation de la situation socio-économique et l’impasse du gouvernement, est l’occasion appropriée pour le renverser.

Pour d’autres, une grande partie du peuple tunisien, même ceux qui sont très critiques à l’égard du président, il est inconcevable que ce parlement « odieux » prenne les choses en main, et que ce parlement défaillant qui fut, en grande partie, à l’origine de la crise décide de l’avenir du pays.

Combat de légitimité. nous sommes ici. Le parlement élu gelé déclare ses décisions présidentielles invalides. Le président acclamé qui est entré dans la fourmilière de la scène politique nuisible et désintégrante, et a menacé de réprimer le coup d’État par les parlementaires.

Alors que vaut cette manœuvre politique des élus ? Si on part du fait qu’ils ont une légitimité, on peut considérer que toutes les démarches présidentielles ne sont plus nécessaires, et le gouvernement est tombé, par exemple. Cependant, ils n’ont pas la liberté d’appliquer cette loi. Mais cette approche sera pour eux un puissant moyen de pression sur le chef de l’Etat et une antithèse face aux puissances étrangères. Leur objectif est désormais d’imposer leur rythme politique en mettant sur la table la nécessité d’un dialogue à leurs propres conditions. Les circonstances sont clairement expliquées dans le communiqué des 27, notamment l’organisation d’élections législatives anticipées, mais aussi présidentielles. Ce que Qais Saeed n’imagine pas, pas avant le référendum sur la constitution et sa réforme de la loi électorale.

Le danger de cette manœuvre est la fragmentation des fondements de l’État et de son unité. déstabilisation qui détruirait des équilibres déjà fragiles.