La pénurie de pain continue !

0
146
La pénurie

La pénurie

Les autorités nous disent que tout est sous contrôle, que les produits sont disponibles et qu’il n’y a pas de pénurie. En fait, les citoyens le ressentent et le vivent différemment dans leur vie quotidienne. Semoule, riz, farine, pain, en trouver est devenu un obstacle.

Le pain est l’aliment de base de notre société. C’est un produit essentiel de première classe pour les familles tunisiennes. Mais difficile à obtenir, la pénurie s’aggrave, alors que le mois de Ramadan, où le pic de consommation atteint de nouveaux sommets, est dans quelques jours.

Nous sommes dans le quartier Ariana. Nous nous promenons dans les boulangeries dans l’espoir d’acheter des pains pour le déjeuner. Aujourd’hui on se retrouve devant des étagères vides. « Pas de pain, madame », nous dit le boulanger d’un air plus ou moins grossier. Il dit beaucoup les mêmes mots et a été déçu par ses clients ces derniers temps. On nous a dit « revenez plus tard, vous en trouverez peut-être, mais attention, ça part vite ». La raison, le problème d’approvisionnement et donc de stockage de la farine qui subsiste.

Dans une autre boulangerie, ils servent généralement plusieurs types de pain, nada, aucun. Tout est vide. Baguette épaulée, aucun espoir de la retrouver, mais même le pain de semoule a quitté la fenêtre, l’odeur du pain chaud a quitté la place, il n’y avait plus de miettes, et tout était hélas impeccable. « Il faut venir le matin, de préférence tôt, pour pouvoir repartir avec des baguettes bien chaudes. Nous n’avons pas le choix. Nos rations de farine ne suffisent pas à couvrir les besoins habituels de nos clients. » C’est ce qu’on nous dit tout le temps.

Concernant les petites épiceries du quartier même son de cloche. Chanceux sont ceux qui trouvent des baguettes très fraîches ou pas du tout. A partir de 19h, ça devient surréaliste. Témoignage de Saken a eu la gentillesse de nous parler de son combat quotidien. « Je finis mon travail à 20h. C’est là que je fais mes courses. Je dois traverser au moins une vingtaine d’épiceries pour trouver du pain en plus ! La plupart du temps, il n’y a personne ! Ce n’est pas une situation ordinaire et on nous dit à la télé qu’il n’y a pas de pénurie, est-ce que les responsables habitent chez nous ou sur un vaisseau spatial ?!”