La Tunisie fait appel à un insecte du Maroc pour sauver l’oranger ‘l’Indien’ de la cochenille du carmin.

    0
    38

    Mohamed Rabah El Hajlaoui, responsable de la gestion de l’Administration générale de la santé des plantes et du contrôle des intrants agricoles au ministère de l’Agriculture, a confirmé dans une déclaration à Mosaïque aujourd’hui, lundi 8 avril 2024, que le ministère a mis en place un programme pour limiter la propagation de l’insecte du coccus sur la plante de figue de Barbarie (opuntia).

     

    Il a expliqué que le ministère a mis en place un programme pour traiter les zones où l’insecte se propage de manière limitée, et a placé les gouvernorats de Kasserine et Nabeul sous une surveillance stricte pour empêcher la propagation de l’insecte vers les zones de production structurées.

     

    Il a également indiqué que le ministère travaille actuellement à accroître les variétés résistantes à la figue de Barbarie dans les laboratoires de recherche, afin de les cultiver en remplacement des variétés touchées.

     

    El Hajlaoui a informé que des contacts ont été pris avec le bureau de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture en Tunisie depuis la semaine dernière pour importer l’insecte antagoniste qui lutte contre le coccus du Maroc et l’étudier dans les laboratoires de recherche, notant que ce processus prend environ deux mois après son importation.

     

    Transformation des figues de Barbarie infectées en aliments pour animaux et en engrais

     

    El Hajlaoui a déclaré que la plainte des citoyens concernant cet insecte se manifeste principalement par la présence de « cochenilles indiennes » près des zones résidentielles et la propagation des mâles du coccus pendant les températures élevées, ce qui les dérange. Il a confirmé que des programmes ont été mis en place en collaboration avec les délégations et les municipalités pour effectuer le traitement nécessaire.

     

    Il a souligné que des protocoles ont été mis en place pour transformer les figues de Barbarie infectées en aliments pour animaux et en engrais pour les terres agricoles.

     

    El Hajlaoui a expliqué que la Tunisie a connu pour la première fois l’apparition du coccus en 2021. Il a ajouté que cet insecte se reproduit exclusivement sur la figue de Barbarie lisse et épineuse, et ne cause aucun dommage aux humains, aux animaux et aux autres cultures.

     

    Il a souligné qu’il se caractérise par sa rapidité de propagation par temps sec, et a expliqué que son premier point de propagation était dans le gouvernorat de Mahdia, puis s’est étendu en 2022 aux gouvernorats voisins, à savoir Monastir, Sousse, Kairouan et Sfax.

     

    Sa propagation s’est ensuite poursuivie du Kairouan vers Sidi Bouzid, Siliana, Zaghouan et Nabeul. Il a ajouté qu’elle est devenue hors de contrôle dans certaines régions et ne peut pas être traitée.