mardi, novembre 30, 2021

Le congrès américain hausse le ton et critique la politique de Kaïs Saïed

Le congrès américain

Le jeudi 14 octobre 2021, la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis a tenu une audition consacrée à discuter de la situation démocratique en Tunisie et des prochaines étapes de la politique étrangère américaine à cet égard.

Cette session a été l’occasion pour de nombreux intervenants de commenter la situation politique en Tunisie, suite à l’annonce des mesures extraordinaires émises par le président Kais Saied le 25 juillet.

 

Le républicain Greg Stobe, membre de la commission des relations internationales de la Chambre des représentants américaine, a indiqué que la constitution tunisienne ne stipule pas que le président peut amender la constitution ou geler le parlement, ni qu’il ne dit que le président peut destituer le Premier ministre et le consulter, et c’est ce qu’a fait Kais Saied lorsqu’il a annoncé la formation d’un gouvernement. Un nouveau lui répond finalement, pas Najla Boden.

Qais Saeed n’est pas notre ami, il soutient un programme anti-américain et anti-israélien depuis sa campagne électorale et depuis son élection. Au lieu d’initier des réformes de libre marché, il n’a fait que poursuivre son programme socialiste et menacer les entrepreneurs privés avec des prix plus bas. « Cela ne présage rien de bon pour l’avenir de la Tunisie », a déclaré Greg Stube.

 

« La démocratie et la constitution tunisiennes ainsi que l’argent des contribuables américains utilisés sont mis à l’épreuve aujourd’hui. Kais Saied a évincé le Premier ministre et gelé le parlement, faisant craindre au sein de la communauté internationale une éventuelle détérioration de la démocratie. Même si ces décisions sont soutenues par certains Tunisiens , les amis de la Tunisie se retrouvent Ils sont dans un dilemme et tentent de déterminer ce qui peut servir au mieux les intérêts du peuple tunisien.

 

Eddie Acevedo, chef de cabinet et conseiller principal au Wilson Center, a déclaré que la Tunisie est sur une pente glissante et que la démocratie est menacée.

 

Les récentes décisions de Kais Saied soulèvent la question de savoir si la Tunisie est toujours sur la voie de la démocratie. On a ça ailleurs, en Haïti par exemple. En Tunisie, il est vrai que les gens se sentent abandonnés à la transition démocratique, et qu’ils espèrent que la liberté retrouvée sera liée à la prospérité économique, et au contraire, la Tunisie fait face à un taux de chômage élevé, une crise économique et une lutte pour faire face à la La crise sanitaire provoquée par le virus Covid-19 a commencé à exposer l’orateur.

 

Pourquoi la Tunisie est-elle importante ? Premièrement, nous sommes amis des Tunisiens qui aspirent à un avenir libre, démocratique et prospère, ce qui n’est pas souvent le cas au Moyen-Orient. Deuxièmement, la stabilité de la Tunisie est importante pour la sécurité régionale, pour la question des migrations et pour répondre aux ambitions malveillantes de certains acteurs. La Russie a déjà un port en Syrie, et une autre arrivée via la Tunisie pourrait menacer la stabilité de la Méditerranée. La Tunisie a signé avec Huawei et a établi des liens économiques solides avec la Chine, même si son plus grand partenaire commercial est l’Union européenne. Du point de vue de la lutte contre le terrorisme, la Tunisie doit être considérée dans une perspective plus large des implications du retrait américain d’Afghanistan. Si ISIS réapparaît. La Tunisie comptait le plus grand nombre de combattants qui se sont rendus en Syrie ou en Irak pour se battre pour le califat. Un environnement moins sécurisé ne fera que rendre les actions de développement plus difficiles.

Eddy Acevedo a souligné que la Tunisie est importante pour les intérêts généraux des États-Unis dans la région. « Au cours de mon mandat à l’USAID, la Tunisie a été ma priorité absolue. Ce comité a souvent dû faire face à de nombreux défis en matière de politique étrangère et parfois même à la question du levier que nous avions pour faire valoir nos valeurs et nos principes, notamment par rapport à Avec démocratie et droits de l’homme. En Tunisie, nous avons un levier, nous pouvons appliquer une approche de la carotte et du bâton pour encourager les bons comportements ou couvrir sous la pression si la situation empire.

Il a souligné que si le processus démocratique continue d’être miné, le champ des organisations de la société civile fermé et le manque de volonté de restaurer la gouvernance démocratique en Tunisie persiste, les États-Unis doivent prendre des mesures pour faire pression sur le président Saïd.

Les plus regardés

Le chef de l'Etat

Le chef de l’Etat reçoit le ministre congolais des AE

Le chef de l'Etat   Le président de la République, Kais Saied, a reçu, mardi, au palais de Carthage, le ministre des Affaires étrangères, de la...
TABC

TABC présente le comité d’organisation du FITA 2022

Le Conseil tuniso-africain des affaires (TABC) a annoncé, lundi 22 novembre 2021, la formation du comité d'organisation de la cinquième session de la conférence...
Bulgarie

Bulgarie : Des dizaines de morts dans un accident de bus

Au moins 45 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées dans la nuit de lundi à mardi en Bulgarie dans un accident de bus...
Tunisie-Libye

Tunisie-Libye : Vers un nouveau partenariat économique

Tunisie-Libye   Etablir un nouveau partenariat et une intégration économique et sociale entre la Tunisie et la Libye, et tel est l'objectif principal du Forum Industriel...

Habib Ammar : La vaccination dans les établissements touristiques est proche de 100%

Habib Ammar : La vaccination dans les établissements touristiques est proche de 100% Habib Ammar et La vaccination Selon le ministère du Tourisme et de...
Share via
Send this to a friend