Le ministère de l’Intérieur répond aux syndicats sécuritaires

0
84
Le ministère de l’Intérieur

Le chef du Bureau de l’information et de la communication du ministère de l’Intérieur a confirmé, mercredi 7 septembre 2022, que « les déclarations selon lesquelles le ministre de l’Intérieur, Tawfiq Sharaf al-Din, est contre le travail syndical sont fausses et sans fondement ». Fakir Bouzgayeh. En confirmation, « certes, il y a des rumeurs de dissolution des syndicats de sécurité, mais il n’y a pas de décision allant dans ce sens » et « que les décisions du ministre ne visent qu’à organiser le travail syndical ».

Au micro de Zuhair El-Jais sur Politica sur Jawhara FM, M. Bozgaya a confirmé que l’affaire est interne et réglementaire, mais puisque certains syndicats organisent des conférences sur le sujet, le ministère de l’Intérieur apportera quelques éclaircissements.

Il a souligné que le ministre a souligné à plusieurs reprises que le travail syndical est garanti. Et de souligner que M. Sharaf El-Din est avocat de formation et donc c’est un droit de l’homme, et donc, il est inimaginable qu’il s’oppose au travail syndical, comme il le dit.

 

Dans la période de janvier à août 2022, plus de 34,94 millions de dinars ont été automatiquement prélevés au profit des différents syndicats de sécurité. Il ne s’agit pas d’une cotisation syndicale mais des frais de services divers fournis par les syndicats (abonnement téléphonique ou sportif, prestations hôtelières, etc.).

Pour un ministre, il n’est pas normal que ces services soient automatiquement déduits des salaires des agents, mais les syndicats doivent trouver d’autres moyens de le faire.