vendredi, janvier 21, 2022

Le monde fête un deuxième nouvel An sous l’ombre du Covid

Ce samedi, le monde célèbre le passage à 2022 avec des festivités souvent restreintes, sur fond d’explosion de pollution au Covid, et de deuil en Inde où 12 personnes sont mortes dans un mouvement de masse lors des traditionnelles prières du Nouvel An.

Le cap symbolique du million de cas quotidiens de coronavirus dans le monde a été franchi dans les dernières heures de 2021, après l’émergence de la variante Omicron, particulièrement contagieuse, selon un décompte de l’AFP. Officiellement, plus de 5,4 millions de personnes sont décédées depuis que le virus a été détecté pour la première fois en Chine en décembre 2019.

La Grande-Bretagne, les États-Unis ou encore l’Australie, longtemps protégés de l’épidémie, battent des records de nouveaux cas.

La France, à son tour, a annoncé jeudi qu’Omicron est désormais majoritaire sur son sol. Cependant, dans ses vœux à la nation, le président français Emmanuel Macron s’est déclaré « extrêmement optimiste », souhaitant que 2022 soit aussi « l’année de la sortie de l’épidémie ».

Les îles du Pacifique de Kiribati ont été les premières à célébrer le Nouvel An à partir de 10h00 BST vendredi.

Au Cachemire indien, une bousculade vers 02h45 heure locale (21h15 GMT) a fait au moins 12 morts et 13 blessés au sanctuaire Mata Vaishno Devi, l’un des sanctuaires hindous les plus fréquentés du nord de l’Inde.

« Le nombre de morts est peut-être plus lourd car la route menant au sanctuaire au sommet de la colline était encombrée de fidèles essayant de s’y rendre pendant les prières traditionnelles du Nouvel An », a déclaré un représentant des autorités.

De Séoul à Mexico en passant par San Francisco, de nombreuses festivités ont à nouveau été annulées ou sévèrement restreintes.

À Paris, où le traditionnel feu d’artifice du Nouvel An a été annulé, des milliers de touristes et de spectateurs – bien moins qu’avant la pandémie – se sont promenés le long des Champs-Elysées bordés d’arbres chatoyants, le port du masque contrôlé par la police, une nouvelle fois obligatoire.

Au cœur de Madrid, le rassemblement traditionnel de la Puerta del Sol a réuni environ 7 000 personnes pour avaler des raisins au son des douze battements de minuit.

À Sydney, une ville qui se targue généralement d’être la « capitale mondiale du Nouvel An », des foules inhabituellement petites étaient au port pour un feu d’artifice traditionnel.

A Dubaï (EAU), 36 feux d’artifice dans 29 endroits ont mis le feu à la ville. Les fêtards se sont réunis en début de soirée pour un spectacle du Burj Khalifa, la plus haute tour du monde.

Au Brésil, deuxième pays le plus touché après les États-Unis, Rio de Janeiro a réduit ses festivités, qui attirent chaque année trois millions de touristes sur la célèbre plage de Copacabana. Cette année, les concerts ont été annulés, l’accès au quartier a été restreint et les pluies tropicales estivales ont commencé.

Vendredi, trois heures avant que 2022 n’entre dans le feu d’artifice de 16 minutes au-dessus de la baie, seul un nombre limité de fêtards ont répondu – la plupart vêtus de blanc comme le veut la tradition.

A New York, les fêtards ont commencé à se regrouper vendredi soir sur l’emblématique Times Square, au coeur de Manhattan, pour assister au compte à rebours juste avant minuit et au lâcher de la boule et des confettis qui marque l’entrée dans la nouvel An.

Le maire Bill de Blasio avait promis que la fête aurait lieu mais avec seulement 15 000 personnes à Times Square au lieu de 60 000, toutes masquées et vaccinées.

Le président américain Joe Biden a appelé vendredi dans un message vidéo à l’unité : « Alors que nous nous dirigeons vers la nouvelle année, je suis plus optimiste que je ne l’ai jamais été pour l’avenir de l’Amérique (..) à chaque crise à laquelle nous avons été confrontés, nous nous sommes transformés en une opportunité d’être une nation plus forte et meilleure. » « .

En Russie, le président Vladimir Poutine dans ses salutations télévisées a évoqué l’épidémie de Covid, sans citer le chiffre de plus de 600 000 morts recensé la veille par l’Agence nationale de la statistique – le double du chiffre cité par le gouvernement -, qui place le pays parmi les plus endeuillé dans le monde.

Les experts espèrent que 2022 marquera une nouvelle phase moins meurtrière de la pandémie.

La distribution de vaccins à environ 60 % de la population mondiale offre une lueur d’espoir, bien que certains pays pauvres aient encore un accès limité et qu’une partie de la population reste réticente à le faire.

Mais l’Organisation mondiale de la santé attend les mois à venir. Son chef, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu’il craignait qu’Omicron ne provoque « une propagation plus transmissible et simultanée avec Delta, et provoque un tsunami de cas ».

Les plus regardés

Algérie

Algérie: Les raisons de la libération des frères Karoui

Des sources judiciaires identiques ont confirmé  que les deux frères, Nabil et Ghazi Karoui, ont été libérés lundi soir par les autorités algériennes, en...
Accident au large de la Libye

Accident au large de la Libye : Les dépouilles bientôt rapatriées

Le consul général de Tunisie à Tripoli, Tawfiq Al-Qassimi, a déclaré dimanche que les restes de trois travailleurs tunisiens tués dans l'accident survenu vendredi...
La Chine

La Chine est toujours prête à soutenir la Tunisie

Mardi 7 décembre 2021, à l'occasion de la fin de la mission de la 25ème délégation médicale en Tunisie (constituée de 38 médecins), l'ambassadeur...

Qais Saeed à la délégation américaine : le 25 juillet n’est en aucun cas...

Le samedi 4 septembre 2021, le président de la République a reçu une délégation américaine qui comprenait le sénateur Chris Murphy et John Ossoff. ...
La pilule anti-Covid

La pilule anti-Covid de Pfizer autorisée aux Etats-Unis

La pilule anti-Covid  Les pilules Covid-19 du laboratoire de Pfizer ont été autorisées en urgence mercredi par la US Drug Administration (FDA), une étape importante...
Share via
Send this to a friend