L’OMS met en place une stratégie mondiale contre la méningite

0
634
Au cours de la dernière décennie, l'épidémie de méningite a touché toutes les régions du monde, mais principalement la

L’OMS veut « vaincre » la méningite d’ici 2030

L’Organisation mondiale de la santé a dévoilé, mardi, la première stratégie mondiale de lutte contre la méningite, dans le but d’éliminer, d’ici 2030, les épidémies de méningite bactérienne, qui tuent environ 250 000 personnes chaque année dans le monde.

Pour y parvenir, l’OMS, en collaboration avec des partenaires, a élaboré une feuille de route mondiale visant à éliminer les épidémies de méningite bactérienne – la forme la plus mortelle de la maladie d’ici 2030. La maladie – en plus de réduire les décès de 70 % et de diviser par deux le nombre de cas.

Cela peut sauver plus de 200 000 vies au total et réduire considérablement le fardeau des incapacités causées par la maladie.

La méningite est une inflammation grave des membranes entourant le cerveau et la moelle épinière, souvent causée par une infection bactérienne ou virale.

« Où qu’elle se trouve, la méningite peut être mortelle et débilitante ; elle se développe rapidement, avec de graves conséquences sanitaires, économiques et sociales, et conduit à des épidémies dévastatrices », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.

« Il est temps de mettre un terme à la méningite, partout dans le monde. Pour ce faire, il est urgent d’élargir l’accès aux outils existants, notamment les vaccins ; de mener des recherches nouvelles et innovantes pour prévenir, détecter et traiter diverses maladies et pour améliorer les services de réadaptation.

La feuille de route est le résultat de la première résolution sur la méningite adoptée par les États membres de l’OMS en 2020 qui a appelé le directeur général de l’OMS à placer la maladie « au sommet de l’agenda mondial de santé publique ».

La méningite bactérienne tue une personne infectée sur dix, pour la plupart des enfants et de jeunes adultes, et une personne infectée sur cinq souffre d’un handicap à long terme (notamment une perte de l’ouïe ou de la vision et des troubles cognitifs).

Au cours de la dernière décennie, l’épidémie de méningite a touché toutes les régions du monde, mais principalement la « ceinture de la méningite », qui couvre 26 pays d’Afrique subsaharienne.

L’Organisation mondiale de la santé affirme que les épidémies de méningite sont imprévisibles et entraînent des perturbations importantes dans les sociétés et les systèmes de santé.

Plusieurs vaccins protègent contre la méningite, notamment les vaccins contre le méningocoque, l’Haemophilus influenzae de type b et le pneumocoque. Cependant, toutes les sociétés n’y ont pas accès et de nombreux pays ne l’ont pas encore inclus dans leurs programmes nationaux.

Des recherches sont en cours pour développer des vaccins contre d’autres causes de méningite, notamment le streptocoque du groupe B.