Personne ne sera exclu des élections législatives selon Bouasker

0
282
Personne ne sera exclu

Personne ne sera exclu 

Le président de la Haute Commission électorale indépendante (Isie) est intervenu dans l’émission « Rendez-vous 9 » sur la chaîne Attessia, répondant aux déclarations de la Cour africaine des droits de l’homme en déclarant que la Tunisie s’est dotée d’une nouvelle constitution et qu' »il est donc ne convient plus de parler du décret-loi n° 117, dont les effets auront disparu dans quelques semaines.

Le chef de la commission a également répondu lors de son allocution aux allégations selon lesquelles la commission n’aurait pas effectivement participé à la rédaction du mémorandum électoral, soulignant que la commission avait soumis des propositions à la présidence, dans le cadre de sa coopération avec le premier ministre. Pour déterminer la division des circonscriptions électorales.

Farouk Bouaskar a également confirmé que la loi électorale est déjà en place et qu’il est peu probable qu’elle subisse des changements. Pour lui, deux types de données constituent les principales nouveautés du texte, « Définition des nouvelles circonscriptions » et « Conditions d’éligibilité ».

C’est un système électoral à un seul membre. On les surveillera pendant les scrutins et il n’y aura pas de place pour les partis. Cependant, nous prendrons en compte les personnes physiques même si elles appartiennent à un parti », a expliqué M. Busker.

Concernant l’absence de soutien du gouvernement aux candidats, le président de l’ISIE a souligné que les candidats devraient faire campagne dans des circonscriptions restreintes et n’auraient donc pas besoin de ressources financières importantes. Il a également souligné l’existence d’un plafond de dépenses proportionnel à la taille de la circonscription électorale. « Empêcher les riches d’en profiter, c’est la fin des finances publiques.

En réponse aux déclarations du président de la Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), Nouri Lajami, qui a annoncé que la nouvelle loi ne prend pas en compte le contrôle des médias pendant la campagne électorale, Farouk Bouaskar a souligné que le rôle de Haica n’a pas changé ainsi que le Collège des commissaires aux comptes et est toujours codifié dans les textes qui régissent son fonctionnement.

Farouk Bouaskar a également souligné lors de la présentation le fait que la nouvelle loi n’exclut aucun parti, mais plutôt que le système électoral a changé « et est désormais basé sur le peuple ». Toujours pour les binationaux, le responsable de l’ISIE confirme qu’ils ont la possibilité de figurer sur les listes des étrangers mais pas en Tunisie. C’est pour lui un choix politique du législateur.

Avant de conclure son allocution, M. Busker s’est félicité du fait que le chef de l’Etat ne s’est jamais immiscé dans les travaux de l’Autorité.