Sadok Belaïd : Nous amenderons la théorie de la séparation des pouvoirs

0
406
Sadok Belaïd

Sadok Belaïd

Le président coordinateur du Comité consultatif national de la Nouvelle République, Sadiq Belaid, a estimé que la nouvelle constitution devait éviter de retomber dans l’impasse des douze dernières années.

Sadiq Belaid, à l’invitation d’Ensaf Yahyaoui, dans l’émission Al-Watania Now de la télévision nationale, a souligné la gravité de la crise financière. Il a estimé que la nouvelle constitution devrait apporter des solutions et mettre un terme à la détérioration de la situation économique. Il considérait que les climats à l’intérieur et à l’extérieur devenaient de plus en plus difficiles. Il a souligné l’importance de la mobilisation des ressources et de la planification pour réaliser les projets d’investissement et réaliser les programmes de développement économique. Il considère que le principal obstacle est l’instabilité politique.

Sadiq Belaid a souligné que la politique et les institutions de l’État joueront le rôle d’un mécanisme pour atteindre les objectifs économiques. Il considérait que Montesquieu avait développé une théorie de la séparation des pouvoirs sans réfléchir à son œuvre. Il considérait la théorie de la séparation des pouvoirs comme dépassée et dépassée. Il a souligné que les pays ne cherchaient plus à adopter ces anciennes méthodes et théories.

« Nous appliquerons la théorie de la séparation des pouvoirs au fur et à mesure que nous la modifierons… Nous adapterons et ajusterons les forces. Nous créerons un organe de gouvernance qui sera responsable de l’exécutif. C’est une autorité chargée d’activer et de contrôler le travail dans le secteur économique ». Dans les affaires du pouvoir exécutif, il n’a pas pu le faire… Le rôle du Parlement serait limité aux affaires législatives. Il y a eu ingérence du Parlement. Dans les affaires de l’exécutif, il n’a pas pu le faire… Il y aurait un président de la république. Il a poursuivi : « Il aurait une liste de pouvoirs afin de créer un équilibre entre lui et le gouvernement. »

Il considérait que l’attribution du président de la république au chef du parti vainqueur des élections était l’une des raisons les plus importantes des échecs politiques successifs. Il a considéré que c’est la preuve de l’incapacité du mouvement Ennahda et du peuple nommé à gouverner. Le général de brigade a déclaré que le président de la république nommerait lui-même le Premier ministre. Selon le même communiqué, le chef de l’Etat est le chef de tous les Tunisiens et il est le seul à voir les choses objectivement. Sadok Belaid a estimé que certains pouvoirs ne devaient pas être mentionnés dans la constitution. Le prochain parlement aura également la possibilité de créer des pouvoirs en fonction des besoins

L’économie solidaire représente 20% de l’économie nationale en France. Aux Etats-Unis d’Amérique, il existe de nombreuses banques spécialisées dans l’économie solidaire comme McDonald’s… Nous nous sommes surtout focalisés, durant cette période, sur l’axe économique, social, culturel et environnemental. Il n’y a pas de politique. L’aspect principal est économique. La constitution politique est réservée aux politiciens. Il faut inverser les choses. Problèmes économiques. Par conséquent, nous devons mettre en place des mécanismes et des institutions pour développer des solutions aux problèmes économiques et sociaux.

 

Sadok Belaid estime que le rôle de l’État doit être reconsidéré. Il considérait que l’administration tunisienne était la principale raison de l’inefficacité de l’État. Sadouq Belaid a souligné que chaque citoyen doit contribuer à créer de la richesse et participer à la dynamique économique. Et l’État, selon lui, devrait faciliter cela en évitant de monopoliser des secteurs ou des activités. « C’est contraire à l’éthique pour l’État de vendre du tabac… Nous allons bientôt révoquer certaines licences. Cela signifie libéraliser l’initiative… Nous inclurons un article soulignant le principe sur lequel repose l’activité économique. L’autorisation sera l’exception et elle devra résulter d’une loi… Nous aborderons également la question des énergies renouvelables et des composés hydrogènes », a-t-il expliqué.

Sadouq Belaid a également estimé que la suppression ou le maintien du premier article, qui stipule que la religion d’État est l’islam, est une fausse discussion et ne devrait pas avoir lieu.