samedi, octobre 23, 2021

Salim Riahi a bien joué son spectacle comique…

L’homme politique et homme d’affaires Salim Riahi vient de frapper un grand coup et doit rire maintenant sur l’île grecque de Mykonos sous le soleil et au bord de la mer.

Salim Riahi avait été arrêté en Grèce

Lundi 23 août, le conseiller présidentiel, Walid Hajem, a déclaré au journal télévisé national de 20 heures que Salim Riahi avait été arrêté en Grèce, et que Kais Saied avait donné des instructions pour le renvoyer dans son pays natal.

mais son extradition ne peut être faite que par un juge

L’information est à moitié fausse ou à moitié vraie, car l’ancien président du club africain a déjà été arrêté, mais son extradition ne peut être faite que par un juge. De toute façon, le Président de la République ne peut pas ordonner ce genre de chose dans un pays qui se respecte et qui respecte les lois.

C’est ce qu’écrivait Business News le 26 août, précisant que la justice grecque déciderait de son sort le 6 septembre.

Aujourd’hui, nous avons du nouveau matériel qui montre que tout ce qui s’est passé fin août n’était rien d’autre qu’une comédie merveilleusement présentée par Salim Riahi. Il a tendu un piège à la Présidence de la République dans lequel Walid al-Hajj est tombé à ses pieds.

Cette chaleur a terrifié Salim Riahi

les faits. Salim Riahi était à Abu Dhabi et avait prévu d’y rester depuis un certain temps. La donne a changé le 25 juillet avec les décisions historiques du président Kais Saied, et le réchauffement des relations entre la Tunisie et les Emirats, qui ont par deux fois manifesté leur plein soutien à ces décisions. C’était le 29 juillet et le 7 août. Cette chaleur a terrifié Salim Riahi, qui craignait le même sort qu’Ahmed Ould Kaddour, l’ancien PDG du géant algérien Sonatrach, qui a été remis à son pays par les Emirats Arabes Unis le 4 août. Et les médias algériens ont diffusé à plusieurs reprises son arrivée menottée et humiliée à Alger.

Sachant qu’il est recherché par Interpol, Salim Al-Riyahi a été contraint de quitter les Emirats au plus vite. La première chose à faire était de trouver un pays qui ne se rendait pas facilement et qui pouvait l’accepter comme réfugié politique. C’était son choix pour l’île ensoleillée de Mykonos, après avoir consulté un groupe d’avocats expérimentés dans de telles questions.

La deuxième étape a été de préparer la résidence, ce qui a été fait rapidement, afin qu’il ne soit pas emprisonné à son arrivée en Grèce. Salim Riahi est actuellement « chez lui », une belle villa où il est assigné à résidence dans l’attente de son procès.

La troisième étape consistait à préparer son procès le 6 septembre, après quoi il espère que le juge refusera de l’extrader. Sa stratégie est de politiser son dossier pour montrer au juge qu’il est recherché par son pays pour des raisons politiques. Il divulgue des informations sur son arrestation et son éventuelle extradition, espérant que les médias et les autorités le découvriront et en parleront.

C’était le piège, il a réussi à aller mieux que prévu car c’est le conseiller du président de la République qui en parle lui-même sur la chaîne de télévision publique 20 Heures.

Il n’y a pas de meilleure preuve que celle-ci pour prouver aux juges grecs que son cas est bien politique et qu’il n’est pas recherché dans des affaires de fraude et de blanchiment d’argent, comme le « carton rouge d’Interpol ».

Salim Riahi remporte le grand prix

Si l’on ajoute à cela l’histoire de l’extradition de Nabil et Ghazi Karoui, qui ont été inclus dans le dossier des personnes recherchées, tardivement et après leur interpellation en Algérie, et si l’on ajoute toutes les histoires que les gens sont interdits de voyager et placés en résidence surveillée arrestation sans décision judiciaire, Salim Riahi remporte le grand prix. Il peut prouver (et prouver) aux juges grecs que la police tunisienne et une partie de sa justice sont soumises aux injonctions de l’autorité qu’elles utilisent aux fins de règlement de compte politique.

S’il réussit, et tout indique qu’il réussira, Salim Riahi devrait accrocher les photos de Qais Saeed et Walid Hajj dans sa maison.

Les plus regardés

Accidents de la route

Accidents de la route : plus de 700 morts et 4 891 blessés

Depuis le début de l'année, 732 personnes sont décédées et 4 891 ont été blessées dans des accidents de la route, selon l'Observatoire national...
Moody's-Ainsi, la Tunisie est passée de la notation « B3 perspective négative » à la notation « Caa1 ». Il s'agit de la classification attribuée aux pays de la catégorie « à haut risque » en cas de défaut sur la dette.

Moody’s : La Tunisie passe de B3 à Caa1

  L'agence de notation Moody's a abaissé la note souveraine de la Tunisie le 14 octobre 2021.   Ainsi, la Tunisie est passée de la notation «...
Josep Borrell-Selon un communiqué publié le jour de l'entretien téléphonique avec la Présidence de la République, Kais Saied a expliqué à Josep Borrell les raisons de l'annonce des mesures exceptionnelles en Tunisie, soulignant, en substance, que l'Etat tunisien est sur le point de effondrer.

Kaïs Saïed à Josep Borrell : L’Etat était sur le point de s’effondrer !

Josep Borrell Le 15 octobre 2021, le président de la République, Kais Saied, s'est entretenu par téléphone avec le vice-président de la Commission européenne et...
Troisième vague et nouveaux symptômes

Troisième vague et nouveaux symptômes

Troisième vague et nouveaux symptômes Un pharmacien biologiste spécialiste en analyses médicales, a annoncé que de nouveaux symptômes sont observés chez les personnes atteintes du...

Qais Saied : Le Parlement représente un danger pour l’Etat

Qais Saied : Le Parlement représente un danger pour l'Etat Mardi 24 août 2021, le président de la République, Kais Saied, est revenu sur la...
Share via
Send this to a friend