Scrutin uninominal : Kaïs Saïed et la boîte de Pandore

0
379
Scrutin uninominal

Alors que la Tunisie célèbre le 22e anniversaire de la mort du père fondateur de la république, Habib Bourguiba, le locataire de Carthage a décidé d’ouvrir la boîte de Pandore sous peine de laisser s’abattre de nouveaux maux sur le pays. Déterminé à poursuivre son projet en juillet et à pérenniser sa propre feuille de route, Kais Saied a annoncé l’adoption du vote à la majorité non-nominative à deux tours pour les prochaines élections législatives anticipées qu’il avait lui-même fixées au 17 décembre 2022.

Ce mode simple de vote sans pondération de plus de deux tours permet à l’électeur de sélectionner un candidat parmi plusieurs tours au premier tour. Celui qui obtient la majorité absolue est élu. Si cela n’est pas possible, un second tour est organisé avec un plus petit nombre de candidats, puis le siège est remporté par le candidat qui recueille le plus grand nombre de voix. Ce système est utilisé dans de nombreux pays d’Amérique latine, d’Afrique francophone et d’Europe lors des élections présidentielles.

Il peut se présenter sous plusieurs formes. Le vote peut, en effet, avoir lieu sur la base de listes électorales ou sur des individus sans nécessairement être des représentants d’un parti politique particulier et selon une répartition géographique bien définie qui ne correspond pas nécessairement au découpage des circonscriptions électorales déjà établies.

Si l’on s’en tient au fait que le Président de la République est un ardent défenseur de la gouvernance populaire, le nombre de représentants du peuple peut être augmenté pour inclure 264 délégations tunisiennes. Ce qui, en théorie, est l’un des plus grands avantages de ce mode de scrutin : la représentation géographique. Cela permet de maintenir des liens stables entre l’électorat et ses représentants qui, dans ce cas, représentent une région et non seulement leur parti politique si toutefois ils sont partisans. Les électeurs – qui, dans ce cas, ont la possibilité d’élire des personnes – qu’ils connaissent – et non des partis politiques – peuvent évaluer leurs performances personnelles et proposer un candidat à la réélection ou à la destitution lors de la prochaine élection.

Cependant, cette même fonctionnalité peut s’avérer être un mal absolu. Le suffrage individuel peut renforcer la représentation raciale, clanique, de genre, tribale ou encore régionale… ouvrant ainsi la porte à des personnalités influentes de leur milieu en raison de leur statut social, de leur richesse, de leurs origines…

En d’autres termes, le prochain parlement pourrait inclure l’homme sage du village, l’homme d’affaires le plus riche de la ville, l’agriculteur qui emploie une centaine d’ouvriers, le syndicaliste qui défend ses camarades « comme persécutés ou lésés », un passeur qui nourrit des dizaines de familles nécessiteuses. , l’imam de la mosquée du quartier, le responsable d’un gymnase.. et ce Qu’ils aient ou non les compétences requises. Ils sont déjà entrés au Parlement, diriez-vous ? En fait, ils étaient là. Ils pourraient être là encore mais à un coût élevé. Le système du « premier vainqueur » à deux tours que le président de la République veut mettre en place comporte non seulement des formalités administratives, mais aussi un budget plus important, le risque d’instabilité entre les deux tours et même l’annonce des résultats.

 

Et qu’en est-il des femmes ? Dans une Tunisie patriarcale et conservatrice où le pénis prime, les femmes seront de plus en plus exclues de la scène politique, si ce système de suffrage est mis en place. Dans un rapport publié en 2019, l’Union interparlementaire a déclaré que : « Les systèmes électoraux affectent la représentation des femmes, la proportion moyenne de femmes élues étant beaucoup plus élevée dans les systèmes proportionnels ou mixtes (26,5 %) que dans un système de vote majoritaire ( 20).%) « . Elle ajoute que « les femmes qui se présentent aux élections sont confrontées à de nombreux défis, notamment la discrimination ou les croyances culturelles qui limitent le rôle des femmes dans la société, la difficulté à concilier vie privée et familiale avec la vie politique, et à obtenir le soutien des partis politiques et le financement des campagnes. également être victimes de violence, de harcèlement et d’intimidation. Elles peuvent même être victimes de violence, de harcèlement et d’intimidation. Certaines femmes sont découragées de se présenter aux élections et les hommes sont laissés à des postes de pouvoir.