Signature d’un accord de prêt entre la Tunisie et la Banque africaine de développement

0
88

Pour produire de l’eau traitée conforme aux spécifications et la réutiliser dans le secteur agricole, un accord de prêt et de garantie a été signé le mercredi 31 janvier 2024 au siège du ministère de l’Économie et de la Planification en Tunisie entre la République tunisienne et la Banque africaine de développement. La ministre de l’Économie et de la Planification, Frayel Wargha, la ministre de l’Environnement, Leila Cheikhawi, la directrice adjointe du bureau régional de la Banque africaine de développement en Tunisie, Malinne Bloomberg, et le directeur général de l’Office national de l’assainissement, Abdelmajid Balti, étaient présents lors de la signature.

 

La valeur du prêt s’élève à 81,9 millions d’euros, soit l’équivalent de 276 millions de dinars, et l’Office national de l’assainissement sera chargé de la mise en œuvre du projet de 2024 à 2028.

 

La ministre de l’Environnement, Leila Cheikhawi, a souligné l’importance de ce projet pour faire face au problème de pénurie d’eau en Tunisie, en indiquant que plus de 3 000 hectares de terres agricoles adjacentes aux stations d’épuration concernées bénéficieront de ce projet. Le projet contribuera également à la création d’environ 250 emplois directs et 1 000 emplois indirects.

 

Il a été convenu que les eaux traitées sont sûres et approuvées par les ministères de la Santé et de l’Agriculture.

 

Le projet vise à moderniser les stations de traitement des eaux usées, à acquérir des équipements de maintenance et d’exploitation et à les équiper d’énergie solaire. Il soutiendra également les capacités techniques et institutionnelles. Dix-neuf stations d’épuration réparties dans 11 gouvernorats (Nabeul, Zaghouan, Béja, Jendouba, Kasserine, Sidi Bouzid, Sfax, Gafsa, Tozeur, Kébili et Médenine) bénéficieront de ce projet, ce qui améliorera les conditions de vie de plus de 670 000 citoyens grâce à la réutilisation des eaux usées traitées dans le secteur agricole