Ameur Ayed ou comment rendre un islamiste, héros de la liberté d’expression

0
533
Ameur Ayed-L'accusation est intrigante car le duo est accusé, ni plus, ni moins, de complot contre l'État et de saper le moral des militaires.
Ameur Ayed

Ameur Ayed

Un nouveau tour de spirale en Tunisie par Kais Saied, après le 25 juillet. Après les interdictions arbitraires de voyager pour les hommes d’affaires, les juges et les politiciens, après les assignations à résidence arbitraires pour les politiciens, le moment est venu pour la liberté d’expression d’être dans le collimateur d’un président déterminé.

Dimanche 3 octobre, à 6 heures du matin, la police a pris d’assaut les domiciles de l’animateur Amer Ayed, d’Al-Zaytouna TV, et du député islamiste extrémiste Abdul Latif Alawi d’Al Karama. Ils font l’objet d’un mandat d’arrêt express délivré par le tribunal militaire de Tunis. Raison ? Une émission télévisée diffusée vendredi dernier dans laquelle ils ont subi des actes de cruauté et d’insolence à l’encontre du président de la République, Kais Saied.

L’accusation est intrigante car le duo est accusé, ni plus, ni moins, de complot contre l’État et de saper le moral des militaires.

Le juge d’instruction ne les entendra que mardi 5 octobre. Si Abdel-Latif Alawi est libéré et que l’audience est reportée, une assignation à comparaître contre Amer Ayed a été délivrée après dix heures de plaidoiries par plusieurs de ses avocats, majoritairement des islamistes, des députés du parti islamiste Ennahda et des militants des droits humains. . Amer Ayed, la star de la chaîne et le héros de centaines de milliers de téléspectateurs sympathiques aux islamistes, croupit depuis hier dans la prison civile de Mornaguia.

Ainsi, l’émission du vendredi 3 octobre a été fatale à cet animateur, l’ancien rédacteur en chef de « Akher El Khabar », un journal plus proche du parti progressiste « Tahya Tounes » que des islamistes.

Qu’a-t-il dit exactement ? De l’avis de nombreux professionnels des médias, Amer Ayed a dépassé les limites morales et était odieux pour le président. Il l’a appelé le frère d’Hitler et a récité un poème d’Ahmed Matar indiquant que le président était un enfant illégitime. Ce genre de discours ne passe pas dans le pays patriarcal de culture arabo-islamique. Pendant des années, les islamistes se sont spécialisés dans l’insulte à leurs opposants et les associent à de nombreux noms et noms d’oiseaux. Régulièrement, Samia Abbou est décrite comme « Ayata » (qui pleure beaucoup), Abir Moussa comme Zgharta (qui chérit le souvenir de la période où elle était flagorneuse Ben Ali), Leila Haddad du tonneau (pour rappeler son soutien à Bachar al -Assad et ses tanks explosifs) etc. Depuis le 25 juillet, sur la chaîne Al-Zaytouna, le président de la République n’est plus appelé par son nom ou son adjectif, mais par le nom de « les putschistes ».

Dans les médias qui se forment naturellement, tout en respectant les normes de la profession et de l’éthique, ce genre de commentaire n’est pas relayé. Cependant, Al-Zaytouna TV n’est pas un média ordinaire, et ses « journalistes » n’ont pas respecté les mœurs depuis des années. Il ne fait jamais défaut, toute voix s’opposant aux islamistes est systématiquement calomniée, dénigrée et insultée à leur air.

La gendarmerie audiovisuelle tunisienne, La Hayca, a décidé de la fermer et a ordonné, des dizaines de fois, d’arrêter sa joyeuse chevauchée, avec injonctions et amendes. Mais la décision de Hayka n’a jamais été appliquée et la chaîne a longtemps été protégée par le parti au pouvoir Ennahda. Pire encore, l’un des animateurs de la chaîne a pris la décision de Haica de la déchirer devant la caméra.

Cette chaîne, qui est de facto du piratage, parce qu’elle n’est pas autorisée à fonctionner, a toujours fait ce qu’elle voulait, défiant l’autorité et l’État. On ne sait rien de son financement, car il n’a pas de publicité, et on ne sait pas encore comment payer les droits de location du satellite en devises étrangères.

La loi est claire et sa mise en œuvre peut être évidente, car il suffisait d’envoyer les forces de l’ordre pour boucler la chaîne dans la mise en œuvre de la décision de Haika. Au lieu de choisir cette solution, qui a finalement été adoptée et mise en œuvre mercredi 6 octobre, Qais Saeed a préféré la solution difficile et politiquement coûteuse, qui saisit le tribunal militaire pour arrêter le duo Amer Ayed et Abdel Latif Alawi.