Prix du carburant : des augmentations comme au casino !

0
336
Prix du carburant

Prix du carburant

Le gouvernement de Najla Boden avait annoncé, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue le 28 décembre 2021, pour présenter la loi de finances 2022, qu’il entendait augmenter progressivement les prix des carburants afin de se rapprocher en grande partie des prix de vente réels.

Rappelons que le gouvernement tablait sur un baril à 75$, loin des 107$ actuels et des 120$ et 130$ atteints ces dernières semaines. Ce décalage a incité la Tunisie à mettre automatiquement en œuvre le mécanisme d’ajustement des prix des carburants. Ce dernier a été fixé à 3%, selon une déclaration du ministre des Finances, Siham Al-Namsiyah, lors de la même conférence.

Lors de la même conférence, la ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines Neela Junji a confirmé que le mécanisme de règlement sera plafonné à 3% et qu’il ne concernera que l’essence et le diesel. Elle a indiqué que ce mécanisme était fixé à 5% et que le gouvernement l’a réduit à ce nouveau taux. Cela a également été mentionné dans le rapport du ministère des Finances sur la loi de finances 2022. Le document (disponible en ligne), en page 22, indique le même taux de 3 %.

 

Après cela, force est de constater que les Tunisiens se sont retrouvés confrontés à des hausses continues du prix du carburant. En seulement 100 jours, c’est-à-dire avant la fin du premier trimestre 2022, trois augmentations ont été annoncées. Au 31 janvier, les prix de l’essence, du sans soufre et du diesel ont grimpé aux fameux 3% environ. La deuxième augmentation a été annoncée le 28 février. Les hausses de prix du gasoil sans plomb, du gasoil et du soufre ont été de 3 % en moyenne.

On note cependant une augmentation de 4,88% du prix du super sans plomb et de 5% du prix du gazole sans soufre. La première invasion par le gouvernement Boden. Toutefois, le communiqué du gouvernement précise que la révision des prix a été effectuée selon le même mécanisme d’ajustement (limité à 3%).

 

Quant à la troisième révision des prix, le gouvernement n’a pas pris la peine de dissimuler le non-respect de cette norme. Voici comment nous avons pu constater une augmentation :

– 110 millilitres du prix du sans plomb, soit 4,95 %.

– 95 mm pour le gazole sans soufre, soit 4,96 %

– 85 millimètres pour 4,98% de diesel

– 240 mm au niveau de sans plomb « Supérieur », soit 10,16%

– 210 mm au niveau du gasoil sans soufre « supérieur », soit 10%

Ainsi, nous nous sommes vite retrouvés dans le noir sur le sujet de la hausse des prix du carburant. Le gouvernement a annoncé un plafonnement du mécanisme d’ajustement puis a choisi de ne pas le respecter, arguant qu’il s’agirait d’une augmentation exceptionnelle en raison du conflit russo-ukrainien.

Ainsi, le gouvernement ne respecte pas les critères introduits par la loi de finances qui a été élaborée dans un cadre unilatéral et non négociable. La question des prix élevés est devenue un véritable mystère ! Tout devient possible avec ce gouvernement ! Toutes les procédures sont sujettes à révision à tout moment et sans qu’il soit nécessaire de consulter qui que ce soit !