vendredi, octobre 22, 2021

Invitation à revoir les lois relatives aux chèques

L’Observatoire tunisien des services financiers a appelé, vendredi, à accélérer la révision des lois relatives aux chèques, notamment ceux qui n’ont pas d’argent.

Le chef de l’observatoire, Abdellatif Hadiya, a souligné, dans une déclaration à l’agence de presse tunisienne, la nécessité de responsabiliser les banques lors de la remise des chéquiers, et de revoir la circulaire de la Banque centrale n°18 de 2007.

Cette circulaire a pour objet d’obliger les banquiers à payer les chèques inférieurs à 20 dinars, en ajustant le montant par majoration, en tenant compte de l’inflation financière que connaît l’Etat.

En effet, l’observatoire a recensé plus de 2 400 000 affaires pendantes devant les tribunaux avec des infrastructures vétustes et moins de juges, alertant sur la dégradation du système judiciaire dans son ensemble.

Abdel Latif Hadiya a souligné la nécessité de reconsidérer le budget alloué au système judiciaire, qui ne dépasse pas 0,3% du budget général de l’Etat.

À cet égard, il a appelé à accélérer la numérisation du système et à réviser le Code de procédure pénale.

Concernant le climat des affaires, le responsable de l’observatoire a déploré la parution hâtive et successive de textes, notamment dans le domaine fiscal, qui, selon lui, sont susceptibles d’affecter le principe de sécurité juridique et constituent des freins à la et les investissements étrangers.

L’observatoire a également évoqué la promulgation de lois qui n’ont pas été mises en œuvre depuis longtemps faute de textes d’application.

Concernant le secteur bancaire, le responsable de l’observatoire a pointé une certaine dégradation des services malgré l’amélioration relative des états financiers des banques, ajoutant que son organisation a également reçu des plaintes concernant le mode de calcul des intérêts ou des commissions.

Les plus regardés

Abir Moussi

Biographie de Abir Moussi

Biographie Abir Moussi , née le 15 mars 1975 à Jemmal, est une avocate et femme politique tunisienne. Elle est la présidente du Parti destourien libre depuis 2016 et députée depuis 2019. Abir Moussi naît le 15 mars 1975 à Jemmal de Tijani Moussi, originaire de Béja et...
Accidents de la route

Accidents de la route : plus de 700 morts et 4 891 blessés

Depuis le début de l'année, 732 personnes sont décédées et 4 891 ont été blessées dans des accidents de la route, selon l'Observatoire national...
Abir Moussi-Plus d'un millier de sympathisants du parti ont répondu à l'événement annoncé il y a environ deux semaines par le chef du parti PDL, Abir Moussa. Cependant, à son arrivée, Mme Musa a appris qu'il lui était interdit d'entrer sur la Place des Martyrs. Les manifestants ont vivement protesté contre cette mesure, rappelant que le parti était déjà présent chaque année Place des Martyrs depuis 2016. Ils ont réclamé leur droit d'entrer.

Abir Moussi interdite d’accéder au carré des martyrs à Bizerte

Abir Moussi Le Parti populaire de libération (PDL), vendredi 15 octobre 2021, a organisé un rassemblement à Bizerte dans le cadre du "convoi d'éclairage" lancé...
Accusations de Khiari contre Saied

Accusations de Khiari contre Saied

Accusations de Khiari contre Saied Rached Khiari, hier lundi, il accuse le président de la république tunisienne, Kais Saied, d’avoir reçu des financements étrangers, pour...
Josep Borrell-Selon un communiqué publié le jour de l'entretien téléphonique avec la Présidence de la République, Kais Saied a expliqué à Josep Borrell les raisons de l'annonce des mesures exceptionnelles en Tunisie, soulignant, en substance, que l'Etat tunisien est sur le point de effondrer.

Kaïs Saïed à Josep Borrell : L’Etat était sur le point de s’effondrer !

Josep Borrell Le 15 octobre 2021, le président de la République, Kais Saied, s'est entretenu par téléphone avec le vice-président de la Commission européenne et...
Share via
Send this to a friend