L’Isie insiste à ne pas voir les infractions au code électoral

0
213
L’Isie

L’Isie

C’est un panneau d’affichage urbain géant érigé sur la route X2 à Tunis, à côté du siège patronal d’Utica. Elle dit : Dites oui pour que l’État ne pourrisse pas et que les objectifs de la révolution soient atteints. Non à la pauvreté, à la terreur, à l’injustice et à la douleur. »

Ce tableau fait polémique sur les réseaux sociaux depuis près d’une semaine, car il enfreint la loi électorale. Il a également été critiqué pour avoir été placé aux côtés d’Utica comme pour suggérer que les chefs d’entreprise soutiennent un « oui » au référendum.

Malgré la polémique, le panneau est toujours visible sur le X2 comme Business News a dû le constater, et en prendre une photo, vendredi 15 juillet 2022. L’affichage illégal est visible des deux côtés du panneau.

Que fait l’ISIE ? Elle a publié une déclaration rappelant qu’il est strictement interdit d’utiliser le drapeau tunisien dans la campagne électorale, mais sa déclaration est restée une encre sur papier. Elle n’a rien fait de concret pour retirer le tableau en question, ni les dizaines d’autres tableaux se trouvant à travers le pays, comme l’ont relevé des Tunisiens sur les réseaux sociaux.

Un membre de la commission, Sami Ben Salama, critiqué pour avoir attiré l’attention sur la question et appelé les autorités régionales à appliquer la loi de manière drastique, afin que l’intégrité du référendum soit préservée. En guise de récompense, un questionnaire a été soumis comprenant 55 accusations, en plus desquelles on trouve cet appel aux autorités de la région pour appliquer la loi !!

Que veut dire ISI par cette négligence et ces violations de la loi au grand jour ?

Dans un post Facebook publié le vendredi 15 juillet 2022, Sami Benslama expliquait : « Il y a une politique étrange et intentionnelle qui ferme les yeux sur les affiches et panneaux d’affichage qui violent la loi. Ce n’est pas de la faiblesse ou de l’indifférence. Elle ne cherche pas non plus à favoriser « oui » comme le pense Some. L’objectif est plus insidieux et profond. Il s’agit de créer l’atmosphère propice pour soulever des objections afin de perturber tout le processus référendaire et d’annuler les résultats des bureaux de vote, même pour des circonscriptions entières. que la première accusation que j’ai reçue de 55 chefs d’accusation touchait à ce sujet et ils le considèrent comme le plus dangereux pour leur projet malveillant. J’essaie de protéger Isie et le processus et j’appelle les bureaux régionaux d’application de la loi, et à leur tour, ils le considèrent C’est une preuve, parmi des centaines, qu’il y a une politique délibérée et claire de grève référendaire. Reste à savoir qui est derrière tout ça et qui y travaille ? ».

Il est bon de rappeler que le chef de l’ISie, Farouk Bouaskar, est le même qui, en 2019, a refusé de mettre fin aux crimes commis par les islamistes et Qalb Tounes qui ont profité des chaînes de télévision mobilisées pour leur propagande. Malgré les appels de Haica, M. Boausker a refusé de répondre, a déclaré à Business News un membre de Haica qui avait assisté aux réunions de coordination entre les deux organes.