Ryad et Téhéran enterrent la hache de guerre

0
67
Ryad et Téhéran

Ryad et Téhéran

Un haut responsable du gouvernement irakien a déclaré que le dialogue entre l’Iran et l’Arabie saoudite avait repris à Bagdad après que les pourparlers entre les deux puissances régionales rivales aient été « suspendus ».

« Les pourparlers ont déjà repris jeudi dernier à Bagdad », a indiqué cette source à l’AFP, sous couvert d’anonymat, sans donner plus de détails.

Et l’agence de presse iranienne « Norn News » a confirmé qu’une réunion avait réuni « de hauts responsables du secrétariat du Conseil suprême de sécurité nationale iranien et le chef des services de renseignement saoudiens ».

L’agence a déclaré qu' »il est prévu qu’une réunion conjointe entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays se tienne dans un avenir proche », se référant à « l’atmosphère positive qui a prévalu lors de la dernière réunion, qui laissait espérer la reprise de relations bilatérales. »

L’Arabie saoudite sunnite et l’Iran chiite ont rompu leurs relations en 2016 après que des manifestants en République islamique ont attaqué des missions diplomatiques saoudiennes après l’exécution par Riyad d’un célèbre religieux chiite.

Mais les deux puissances rivales, qui s’accusent mutuellement de déstabiliser le Moyen-Orient, ont exprimé leur volonté de surmonter leurs divergences et ont entamé publiquement des négociations pour la première fois en avril 2021.

Les pourparlers, qui ont débuté jeudi, sont le cinquième cycle de pourparlers en Irak, un pays frontalier de l’Iran et de l’Arabie saoudite.

Des journaux iraniens avaient rapporté en mars que le dialogue avait été « suspendu » après que Riyad eut annoncé l’exécution de 81 personnes pour des crimes liés au « terrorisme », dont des hommes liés aux rebelles houthis au Yémen avec le soutien de l’armée. L’Iran dans sa guerre contre Riyad – a soutenu les forces gouvernementales.

Début mars, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a défendu la politique de « coexistence » avec l’Iran. Puis il s’est félicité d’une déclaration saluée par le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir Abdollahian, dans laquelle il voyait la « disposition » de Riyad à rétablir les relations avec son pays.

Mi-avril, le ministre irakien des Affaires étrangères Fouad Hussein a exprimé son espoir que nous puissions franchir d’autres étapes de ce dialogue pour transformer ces réunions à huis clos (…) en discussions diplomatiques au vu et au su de tous.